Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

SUD Education soutient les luttes des sans papiers, quelles qu’en soient les formes.

Posted by yanovitch sur 11 mai 2008

(Source : Fédération SUD Education)

La Fédération SUD Éducation apporte son soutien plein et entier aux diverses luttes actuelles des sans papiers, quelles qu’en soient les formes.

C’est un combat citoyen. C’est aussi un combat syndical.

Parce que les sans-papiers sont des travailleurs, qu’ils aient ou non un contrat de travail. Ils participent à l’économie de ce pays. Ils ne prennent le travail de personne, au contraire ils accroissent la richesse produite. Beaucoup cotisent à la sécurité sociale mais n’ont pas le droit de tomber malades car sans-papiers, cotisent à l’UNEDIC mais n’ont pas droit aux indemnités chômage car sans-papiers, cotisent aux caisses de retraite mais ne pourront en bénéficier et payent des impôts, mais ne peuvent accéder à la citoyenneté car sans- papiers. Exploités, ils vivent dans la peur permanente des honteuses rafles au faciès, de l’arrestation et de l’expulsion. Et certains en meurent : Chulan Zang Liu (51 ans), John Maïna (19 ans), Baba Traoré (29 ans,)…

Xénophobie d’État, interpellations dans les préfectures, camps (les centres de rétention), quotas d’expulsions, projet de directive européenne d’allonger le délai de rétention à 18 mois (la « circulaire de la honte »)… C’est une politique indigne, décidée par ce gouvernement, qui est menée par le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale.

Les sans-papiers mènent légitimement, en toute autonomie, leur propre lutte. Et nous sommes à leurs côtés, solidaires.

Parce que c’est le rôle du syndicat de défendre les droits de tous, d’agir avec ceux qui en sont privés, de refuser de réduire les étrangers à leur fonction économique, mais au contraire d’exiger pour eux, avec eux, le respect des droits conquis par le mouvement syndical. Aussi, parce qu’en défendant les droits des sans-papiers, nous défendons nos propres droits.

Travailleurs, familles et célibataires, demandeurs d’asile, jeunes majeurs scolarisés… Tous doivent être régularisés. C’est là une revendication fondamentale : vivre dignement.

SUD Éducation appelle les sans-papiers à rejoindre les syndicats, les associations et les collectifs de sans-papiers, pour défendre leurs droits et construire un mouvement unitaire de grande ampleur, au-delà des frontières, d’aller vers une convergence au niveau européen, pour s’opposer à l’ État-nation et à l’Europe-forteresse.

Pour imposer par la force de l’union la liberté de circulation et d’installation, pour imposer une autre politique migratoire et la régularisation de tous les sans-papiers, démontrant ainsi qu’ils ne sont pas isolés, qu’ils ne sont pas « à part » dans la société, mais au coeur du mouvement social.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :