Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Archive for avril 2008

Grève mardi 6 mai dans l’Académie de Toulouse

Posted by lucien sur 29 avril 2008

La CGT Educ Midi-Pyrénées, le SNES 31, SUD Education 31 et aussi les militant(e)s d’ Emancipation Midi-Pyrénées, appellent l’ensemble des collègues de l’Académie de Toulouse à se mettre en grève mardi prochain comme c’est le cas déjà dans plusieurs Académies .

L’AG de Saint-Sernin à Toulouse de ce soir a réuni une soixantaine de collègues et de parents d’élèves, et autant de lycéens ( plus d’une centaine de personnes au total ) .

Plusieurs établissements étaient bloqués aujourd’hui : Lycée les Arènes, Raymond Naves, Rive Gauche, lycée de Colomier et les trois collèges de Colomiers .

L’AG de Saint-Sernin appelle donc les collègues à être présents aux côtés des lycéens dans les établissements (grève, blocage …).

Aucune hésitation : tous en grève mardi 6 mai

La reconduction de la grève sera à l’ordre du jour de l’AG du Mirail du jeudi 15 mai journée nationale de grève et de manifestation pour la défense de l’Education nationale gravement menacée par les dizaines de milliers de suppressions de postes , la défense du statut de fonctionnaire , la sauvegarde des retraites etc…

Après la manifestation nationale à Paris du 18 mai organisée par la FSU , une nouvelle journée d’action est annoncée par toutes les organisations syndicales pour la défense des retraites le 22 mai .

En attendant nous appelons les collègues à manifester le Premier Mai aux côtés des autres salariés , à tous se mettre en grève mardi prochain sans hésitation , à manifester et à réunir des AG dans tous les établissements .

Prochaine AG inter-établissement en Midi-Pyrénées mardi 6 mai 18 h Bourse du Travail de Saint-Sernin à Toulouse.

E.M.

Publicités

Posted in Vie syndicale | Leave a Comment »

Manifestations du 29-04

Posted by lucien sur 28 avril 2008

Au moins 37 manifs demain:

  • Amiens | 16h30 – Maison de la Culture
  • Angoulême | 14h – Champs de Mars
  • Auxerre | 14h – Gare Migraine
  • Avignon | 10h30 – Gare d’Avignon Centre
  • Besançon | 14h00 – Place de la Révolution
  • Blois | 10h30 départ devant les lycées pour converger à l’IA
  • Chalons-sur-Saone | 14h30 – Place Mathias
  • Chambéry | 14h00 lycée Vaugelas
  • Charleville | 14h30, place Ducale
  • Chartres | 14h – Place Chatelet
  • Creil (Oise) | grand pique nique le midi au centre de la ville
  • Dijon | 14h – Devant la mairie, place de la libération
  • Flers de l’Orne | 9h30 – Départ lycée Jean Guehenno
  • Grenoble | 10h – Place de la Gare
  • Le Havre | 9h30 – Place de l’Hôtel de Ville
  • Le Mans | 10h, place de la préfecture
  • Lille | 14h – Porte de Paris
  • Limoges | 10h – Place d’Aine
  • Marseille | 14hVieux Port
  • Montpellier | 14h – Rassemblement au Rectorat
  • Nantes | 17h – Rassemblement Place Bretagne
  • Nice | 10h30 Gare Thiers
  • Nîmes | 15 h Maison Carrée
  • Poitiers | 14hPlace d’Arme
  • Reims | 10h – Maison des Syndicats
  • Rennes | 11h devant l’IA
  • Rouen | 10h à l’Hôtel-de-Ville
  • Saint-Pierre, Ile de la Reunion | 10H place de l’hotel de ville
  • Strasbourg | 14h00, place Kléber
  • Sens | 14h – Boulevard périphérique
  • Toulon | 11h – Place de la Liberté
  • Toulouse | 14h – Place du Capitole
  • Tours | 10H00 – Place de la liberté
  • Valence | 13h30 – Champ de Mars
  • Valenciennes | 9h30 – Place d’Armes
  • Vendôme | 14h00 départ devant le lycée agricole direction sous-préfecture
  • Vitry-le-François | 8h30 – lycée François 1er
  • Posted in Vie syndicale | Leave a Comment »

    Rejeter l’accord CGT-MEDEF

    Posted by lucien sur 25 avril 2008

    Tribune libre de Prométhée :

    C’est à l’unanimité que la Commission exécutive confédérale (CEC) de la CGT du 16 avril 2008 a décidé de ratifier la « position commune » avec le MEDEF sur la « représentativité » des organisations syndicales. Fait notoire et politiquement significatif, excepté l’accord sur la formation professionnelle, c’est le premier accord que la CGT signe depuis… 1970.

    La CEC considère ce texte comme un point d’appui « pour que s’instaure en France une véritable démocratie sociale ». Rien que ça ! Mais surtout, elle y voit le moyen de renforcer le « poids institutionnel de la CGT ». Nous sommes au cœur du problème dans la droite ligne des repères revendicatifs confédéraux qui préconisent « une consultation effective et loyale [souligné par nous] des partenaires sociaux tout au long du processus législatif. » (lire notre analyse)

    D’entrée de jeu la « position commune » intègre les organisations syndicales dans le cadre indépassable « des évolutions actuelles de la société et de ses composantes économiques et sociales » (article 1). De plus les signataires s’engagent au « respect des valeurs républicaines » et au refus de « tout intégrisme » (article 1). Certes ces notions sont suffisamment vagues pour être consensuelles. De quelle République parle-t-on ? De celle de la concurrence libre ou non faussée ou de celle de la libération sociale. Un jour la notion d’intégrisme ne recouvrira-t-elle pas la lutte de classe quand cette dernière menacera la société d’exploitation ?

    Un syndicalisme d’experts

    Pour la CGT, il s’agit ni plus ni moins que du passage d’un syndicalisme de mobilisation, de construction d’un rapport de forces à un syndicalisme de délégation, institutionnel et de lobbying, en un mot un syndicalisme d’experts dissocié de la réalité et de la vie des travailleurs. Bref, un syndicalisme d’accompagnement, à la mode de la Confédération européenne des syndicats.

    La « position commune » représente une entrave à la constitution et à l’activité indépendante des syndicats. Elle introduit la remise en cause de la section syndicale d’entreprise, le seul acquis qui reste de la grève générale de Mai 68. Un syndicat n’aura droit de cité dans l’entreprise qu’après s’être présenté à des élections et avoir – pour le moment – obtenu 10% des voix. En sachant que le cycle électoral est de quatre ans, pendant ce temps-là il ne sera pas possible de désigner un délégué syndical et après ce dernier devra figurer sur la liste des candidats. La « position commune » introduit le cumul des mandats et pire la confusion entre délégué syndical et délégué du personnel (DP). La « représentativité » à la sauce MEDEF-CFDT-CGT exclut les salariés des petites entreprises (pas de DP), les précaires et bien sûr les chômeurs. Cerise sur le gâteau, désormais la « représentativité » devient temporaire puisqu’elle est remise en jeu à chaque élection. Comme le dit Madame Parisot, tout est précaire : l’amour, le travail, pourquoi pas la représentativité syndicale.

    Une dépendance financière

    Finalement, la seule raison « valable » pouvant justifier la ratification de la « position commune » par la CEC est celle du financement de ce que l’article 15 nomme les « missions syndicales » comme si un syndicat était un service concourant au bon fonctionnement de l’entreprise. Avec l’article 1.5 les signataires ont décidé de s’en remettre l’autorité de l’Etat pour fixer les critères de la certification de leurs comptes. Et l’article 16 demande respectueusement « aux Pouvoirs publics de faire procéder à un recensement exhaustif de l’ensemble des financements existants. » Voilà les organisations syndicales entrées dans l’ère de la dépendance financière réglementée vis-à-vis de la bourgeoisie. Celle-ci ayant besoin d’experts syndicaux qualifiés, elle ne rechigne plus à les rétribuer.

    Enfin, subrepticement, l’article 17 instaure « dès à présent » la possibilité de « dépasser le contingent conventionnel d’heures supplémentaires. » Outre que cela alimente la machine infernale du Président, il préfigure la fin de la durée légale hebdomadaire de travail, tout comme un récent rapport du Conseil d’analyse économique auprès du Premier Ministre envisage la fin du SMIC.

    Sarkozy approuve, les militants s’y opposent

    Voilà ce que le Président en personne salue bruyamment dans Le Monde du 18 avril 2008 en considérant que « cette méthode est un succès » car ajoute-t-il « pour expliquer et mener à bien les réformes dont notre pays a besoin, nous devons le faire en partenariat étroit avec ceux qui représentent les intérêts des salariés et des entreprises. »

    Voilà ce que tout syndicaliste de lutte de classe rejette sans hésitation. Comme la Fédération CGT de la chimie, la « position commune » est rejetée par tout militant CGT attaché à son organisation indispensable pour faire reculer l’offensive conjointe du MEDEF et du Président. La représentativité syndicale ne se marchande pas contre des appointements pour faire tourner un lourd appareil bureaucratique, elle se construit dans l’action syndicale permanente et indépendante du patronat et du pouvoir.

    Ne laissons pas la direction confédérale dénaturer totalement notre CGT. Exprimons-nous avec force et conviction dans nos syndicats. Il est possible de battre la direction confédérale comme nous l’avons déjà fait pour le non au traité constitutionnel européen.

    Prométhée

    Posted in Vie syndicale | Leave a Comment »

    AG inter-établissements à Nice le 23-04

    Posted by lucien sur 18 avril 2008

    AG INTER-ETABLISSEMENTS


    MERCREDI 23 AVRIL 15h
    A L’UD CGT
    4 place Saint François – NICE


    Le maximum d’établissements doivent être présents à cette AG pour envisager les possibilités d’action commune dès la rentrée.

    COMMUNIQUE DE L’INTERFEDERALE DE L’EDUCATION

    Des mouvements de grève et de manifestations associant personnels, parents d’élèves et lycéens ont lieu dans les académies en particulier depuis que les établissements ont reçu les dotations horaires suite aux 11200 suppressions de postes sans lesquels ils sont censés fonctionner l’année prochaine.

    Aujourd’hui les lycéens, les parents et les personnels se mobilisent partout en France pour demander pour l’Education Nationale à la rentrée 2008 des moyens nécessaires à la réussite de tous les élèves et contre les choix gouvernementaux de politique éducative régressive.

    Nous condamnons les 11200 suppressions de postes dans le budget 2008.

    Nous affirmons notre soutien à la mobilisation actuelle et notre volonté commune de défendre le service public d’Education aujourd’hui menacé.

    FCPE, UNL, FIDL, UNEF, FSU, SNES, SNEP, SNUEP, SNUIPP, SE-UNSA, UNSA Education, SGEN-CFDT, FERC-CGT, SNFOLC, FAEN, Ligue de l’enseignement, JPA

    Posted in Vie syndicale | Leave a Comment »

    Intersyndicale BNF : Contre la précarité, grève samedi 19 avril !

    Posted by Vendemiaire sur 18 avril 2008

    Intersyndicale BNF : Contre la précarité, grève samedi 19 avril !
    CGT CNT FO FSU SUD

    La précarité n’est pas notre métier, Grève samedi 19 avril !

    Depuis maintenant plus de deux mois, nous, personnels de la BNF, réclamons une réelle amélioration de la situation des précaires de notre établissement. Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que les dernières propositions de la direction de la BNF ne sont pas à la hauteur de nos exigences.

    Alors, puisque la direction de la bibliothèque ne semble pas prendre la mesure de la gravité de ce que vivent les vacataires, nous avons décidé de bloquer le bon fonctionnement de celle-ci. En faisant cela, nous témoignons publiquement de notre détermination à voir s’améliorer les conditions de vie des vacataires et à voir reconnu le rôle important qu’ils jouent dans l’activité de notre établissement. C’est pourquoi nous appelons tous les agents de la BNF, titulaires, contractuels sur emplois et vacataires, à faire grève le samedi 19 avril, toute la journée, afin d’obtenir :

    – L’augmentation des quotités horaires mensuelles des vacataires qui le souhaitent à hauteur de 110 heures.

    – La transformation des CDD en CDI.

    – La mise en place d’un plan de titularisation des précaires à la BNF.

    Il faut bien être conscient que ces revendications concernent l’ensemble du personnel de la BNF, vacataires comme titulaires. En effet, des vacataires en CDI et travaillant plus, seront mieux intégrés aux équipes et combleront en partie le déficit d’heures de travail, qui entraîne actuellement une dégradation des conditions de travail de tout le monde. Quant à la titularisation sur place des vacataires qui le souhaitent, elle permettra de combler les pertes de postes de fonctionnaires nécessaires au bon fonctionnement de la BNF, qui se chiffrent en dizaines. Tout cela aura des conséquences positives sur l’organisation du travail des titulaires, avec moins de fatigue, de stress, une meilleure répartition des tâches, plus de souplesse pour les congés et les mutations.

    Mais pour qu’il en soit ainsi, il faut que la grève de samedi soit une réussite collective. Par conséquent, chacun(e) doit s’investir dans sa préparation et dans sa réalisation, au côté de l’intersyndicale. C’est seulement par une action commune et partagée que nous pourrons peser sur les négociations et obtenir des avancées marquantes de la part de la direction de la BNF. Dans ce but, il faut que le plus possible d’agents vienne au rendez-vous pour organiser la journée de grève :

    Samedi 19 Avril, 9h30, locaux syndicaux

    La précarité n’est pas une fatalité !

    Posted in Vie syndicale | Leave a Comment »

    Vidéo de la manif à Paris

    Posted by lucien sur 15 avril 2008

    Posted in Vie syndicale | Leave a Comment »

    Sauvons nos options

    Posted by lucien sur 14 avril 2008

    La dernière vidéo des camarades d’Albi:

    Posted in Vie syndicale | Leave a Comment »

    Liberté pour les 19 syndicalistes de l’USTKE

    Posted by lucien sur 11 avril 2008

    Le Tribunal de Nouméa rendra son verdict lundi 21 avril pour 19 syndicalistes de l’Union Syndicale des Travailleurs Kanaks et des Exploités pour lesquels le procureur réclame des peines de prison ferme dans le cadre d’un conflit social qui dure depuis des mois entre les salariés et la direction d’une entreprise filiale de Véolia.
    Le collectif «Solidarité Kanaky» organise un meeting à Paris pour informer sur ce qu’il se passe en Nouvelle-Calédonie et pour sensibiliser, plus généralement, sur la répression anti- syndicale.
    Des personnalités et des syndicalistes prendront la parole et témoigneront des atteintes aux libertés syndicales, à la liberté d’expression et au droit de grève en France et dans les colonies de ce pays qui se targue d’être le défenseur des Droits de l’Homme.

    Meeting
    Contre la répression
    anti-syndicale
    lundi 21 avril 2008 à 19h
    à la Bourse du Travail,

    29 boulevard du Temple, Paris 3e,
    métro république

    Posted in Vie syndicale | Leave a Comment »

    Stop à la répression ! (communiqué commun, Val-de-Marne)

    Posted by lucien sur 10 avril 2008

    CGT-EDUC’ACTION 94 SNES-FSU 94 SUD EDUCATION 94 FCPE 94
    Communiqué

    Stop à la répression !
    Il faut répondre aux revendications !


    Alors que la mobilisation des lycéens, des parents et des enseignants prend de l’ampleur et entre dans une nouvelle phase avec l’implication du premier degré, le gouvernement persiste à ne pas vouloir entendre les revendications et multiplie les provocations policières. Les lycéens sont régulièrement chargés par la police qui n’hésite pas à faire usage de flash-balls.
    Ainsi, ce mercredi 9 avril au lycée Darius Milhaud, une élève mineure a été
    hospitalisée après avoir reçu un tir de flash-ball dans le ventre. Depuis lundi, le lycée est le théâtre d’interventions policières répétées. Chaque jour, des élèves mineurs sont placés en garde à vue et mis en examen (pour « coups et blessures », « outrage et rébellion », …) sur la base des seules accusations policières, démenties par des témoignages. Certains des lycéens arrêtés tentaient même au contraire de calmer la situation. L’un d’entre eux a reçu des coups par les policiers sur le dos et sur la tête alors qu’il était au sol. Ses parents vont d’ailleurs porter plainte. Un autre lycéen a été placé en garde à vue sans que ses parents n’aient été informés. D’autres encore ont été arrêtés à plusieurs centaines de mètres du lycée, devant une école primaire. Tous ces mineurs ont été soumis à un prélèvement d’empreintes génétiques…
    Cet acharnement répressif et ces provocations n’ont qu’un but : étouffer l’élan citoyen d’une jeunesse qui s’indigne des conditions d’étude que le gouvernement lui réserve et détourner l’attention des revendications légitimes des parents, lycéens et enseignants :
    – restitution des postes supprimés
    – abandon des suppressions des BEP au profit de la généralisation des bacs pro 3 ans
    – un collectif budgétaire garantissant un service public de qualité
    Ces tentatives d’intimidation nous confortent dans notre volonté d’amplifier la mobilisation.

    Voir aussi:

    Posted in Répression (anti)syndicale | 1 Comment »

    Renault l’a dans l’O.S !

    Posted by Vendemiaire sur 6 avril 2008

    Renault l’a dans l’O.S !

    Discrimination | dimanche, 6 avril 2008 | par Sabrina Kassa

    La Cour de Versailles vient de condamner Renault pour discrimination raciale à l’égard de deux ex-ouvriers noirs. L’entreprise, pilote sur la « Charte pour la diversité », assure n’avoir « jamais pratiqué le racisme » ! Vraiment ? Une étude du CNRS de 1986 sur la gestion Ya bon Banania de la Régie Renault à l’époque des « Trente Glorieuses » cite les notes de services qui y circulaient sur les O.S. de l’époque. Florilège.

    La com’ de Renault a du souci à se faire. Mercredi 2 avril la Cour d’appel de Versailles a reconnu l’entreprise coupable de discrimination raciale envers deux ex-salariés noirs qui estiment avoir eu des carrières moins intéressantes que leurs collègues blancs. Lucien Breleur, électricien auto de 1971 à 1983, et Daniel Kotor, ouvrier spécialisé (OS) puis agent administratif de 1983 à 2004 vont recevoir 80 000 euros (60 000 pour Kotor) de dommages et intérêts et 8000 euros au titre du préjudice moral. Une petite somme à débourser, mais qui fait mal à l’entreprise.

    Et pour cause : si tous les OS immigrés se réveillent, ça risque de ruiner son plan com’ : entreprise pilote pour la promotion des minorités, signataire de la charte pour la diversité, etc… « Renault, dont l’ancien président Louis Schweitzer dirige actuellement la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde), a réagi en expliquant que l’entreprise « avait toujours condamné le racisme sous toutes ses formes », et ne pratiquait « en aucun cas la discrimination raciale » », nous apprenait l’Afp mercredi dernier. Sûrement un cas d’amnésie foudroyante…
    Quelques perles issues des archives de Renault

    Mais preuve que la recherche publique sert quand même à quelque chose, une étude du CNRS, au titre joli et pudique, « Les OS dans l’industrie automobile », datée de 1986, fait état de « Notes pouvant servir à l’information de personnes appelées à utiliser des travailleurs africains de race noire » rédigées par des responsables de la gestion de la main d’œuvre immigrée de la Régie Renault dans les années 1960 et 1970. Des notes à la fois philosophiques et pragmatiques pour gérer les Ya bon Banania venus travailler en France.

    Quelques perles ? Celles d’un certain M. Dinand, datant du 25/6/62 : « L’Africain musulman ne sera pas tellement différent de l’Africain animiste. Si l’animisme le rassure pour le présent, l’Islamisme, religion facile, le rassure pour l’au-delà. » ou encore, « … son intuition lui tient lieu de raisonnement. ». Délicieux, non ? On aime beaucoup aussi : « Il pourra passer du concret à l’abstrait, mais la démarche inverse lui sera pratiquement impossible. » Le texte comprend aussi « le comportement à adopter » : « efforcez-vous d’être clair » ; « parlez lentement sans élever la voix (ce qui l’affolerait) », « ayez de l’autorité (surtout ne pas se contredire : l’Africain a une mémoire étonnante) » ; « conservez votre calme et armez-vous de patience ».

    Dans cette fameuse étude du CNRS, on trouve aussi la note n°5127, du 31 mars 1972, comportant des recommandations très claires pour les recruteurs de la Régie. Des détails ? « Retenir préférentiellement les ouvriers portugais, yougoslaves ou espagnols qui se présentent à l’embauche plutôt que les ouvriers originaires des DOM, d’Afrique du Nord ou d’Afrique Noire ». Et ça bien sûr, c’est pas du racisme… Renault refoule sec son Ya bon passé mais compte quand même jouer à fond aujourd’hui sa com’ « Zy va la Diversité ». C’est comme dirait l’autre… pas tout à fait crédible. Dites, Docteur Schweitzer, ça peut se soigner comme ça le racisme dans l’entreprise ?

    http://www.bakchich.info/article3260.html

    Posted in actualité, Histoire sociale, Luttes, Répression (anti)syndicale, Revue de presse, Vie syndicale | Leave a Comment »