Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Nouveaux flash-balls et droit de manifestation

Posted by lucien sur 28 mars 2008

flashball_-_french_police_01.jpg

Source: site Ensemble

Texte voté au CDFN (instances fédérales) de la FSU des 25-26 mars (ayant repris en commission des éléments d’un texte déposé par Emancipation):

 

Equipement de la police en matériel de plus en plus dangereux

L’actuel équipement de la police en matériel de plus en plus dangereux (flashball, tasers, nouveaux lanceurs de balls, drônes, hélicoptères…) est grave.

Ce n’est pas dans le cadre d’une escalade de la répression et de la violence que sera trouvée une solution à la souffrance sociale notamment dans les quartiers populaires.

La FSU proteste contre le recours à la violence et l’utilisation de ces équipements qui ont déjà infligé de graves blessures notamment à des jeunes (telle la blessure occasionnée à un lycéen mineur de Nantes, le 27/11/2007, lors d’une manifestation pacifique).

Cette dérive est incompatible avec la conception des droits et libertés en France.

La FSU rappelle son exigence de respect du droit à manifester sans être menacé de blessure ou sanction. Elle poursuivra les actions engagées pour le respect des droits et libertés avec ses partenaires sociaux et associatifs, fédérations de parents d’élèves, … (en incluant celles entreprises pour le lycéen de Nantes, cf motion du CDFN précédent).

Elle s’élève contre l’équipement des policiers de tels équipements dangereux qui constituent un risque permanent de dérapage.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L’équipement des policiers s’alourdit encore après les émeutes de Villiers-le-Bel

LE MONDE, 22.03.08

Un bouclier “balistique souple” qui se plie et se replie comme une valise plate, des lunettes transparentes prévues pour être portées sous le casque pare-balles, en plus de la visière, un nouveau lanceur de balles de défense de 40 mm de diamètre destiné à remplacer le flash-ball : tels sont quelques-uns des nouveaux équipements présentés par la police, vendredi 21 mars, pour lutter contre les violences urbaines.

Après les affrontements de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), en novembre 2007, où plus de 80 policiers avaient été blessés par des tirs de plomb, ce renouvellement a été jugé nécessaire. Les équipements existants ont aussi été modifiés. Ainsi le bouclier, créé à l’origine pour les groupes d’intervention lors d’assauts “tubulaires” (dans le train, le métro…), équipera désormais les forces de l’ordre dans les quartiers. Testé à Villiers-le-Bel, il sera doté de courroies pour être plus facilement porté “en sac à dos”. Les lunettes ont été acquises après qu’un policier, victime d’un tir de fusil de chasse, a perdu un oeil.“Villiers a été un choc pour nous, puis cela a recommencé à Grigny (en Essonne, où, début mars, 5 policiers ont été blessés par des tirs), a déclaré Frédéric Péchenard, directeur général de la police nationale. Nous voulons une police moderne qui ne se laissera pas tirer dessus.” Le flash-ball, en service depuis dix ans, sera progressivement remplacé par le lanceur 40, conçu, lui, après les émeutes de 2005.

Sa portée est plus grande puisqu’il permet d’atteindre sa cible jusqu’à 50 mètres. Armé de balles-mousse, marquantes (de type paint-ball) ou lacrymogènes, il est équipé d’une aide à la visée électronique. Trois cents de ces lanceurs sont déjà expérimentés, un millier devrait être en service à la fin de l’année. A cela, s’est ajoutée, en 2007, l’acquisition de près de 200 pistolets à impulsion électrique (Taser) ou bien encore de 24 000 grenades de “désencerclement”, qui provoquent une déflagration de forte intensité sonore.

Complet, l’équipement des forces de l’ordre, les “Robocops” comme on les appelle parfois dans les cités, pourrait atteindre près de 20 kg, ce qui inquiète les syndicats. “Jusqu’où va-t-on ?”, s’interroge Philipe Capon, responsable du secteur CRS à l’UNSA-Police. “Si on ajoute les drones, les caméras à infrarouge, on arrive à l’équipement militaire”, s’insurge-t-il. “C’est la réponse à Villiers”, justifie Joël Fily, directeur de l’administration de la police nationale.

Chaque année, un budget d’environ 120 millions d’euros est consacré à l’armement de la police.

Isabelle Mandraud

Article paru dans l’édition du 23.03.08

~~~~~~~~~~~~~~

Voir aussi:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :