Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Noter son prof… et l’art des communiqués

Posted by lucien sur 10 février 2008

Dans un de ses dernier communiqués, « La Fédération Syndicale Unitaire s’étonne de l’ouverture d’un site web qui prétend permettre aux élèves de noter en ligne leurs enseignants nominativement et publiquement » (cf. ici). Nous ne savons pas si l’étonnement est la posture la plus adaptée, puisque ça n’a au fond rien d’étonnant et se contenter de s’en étonner c’est ne pas condamner (à aucun moment le communiqué ne condamnera). Mais cela nous donnerait presque une idée: un site Note tes syndicalistes. Il y aurait toutefois une certaine probabilité pour que pas grand monde n’obtienne la moyenne et nous avons à Syndicalisme de lutte trop de travail pour de tels enfantillages…

Le communiqué de la FSU continue en disant que « Si le principe d’un échange entre un enseignant et ses élèves sur sa pédagogie ou le contenu de ses enseignements n’est pas en soi problématique, l’évaluation publique et visible à la lecture de tout un chacun des personnels des établissements d’enseignement ouvre la porte à tous les excès. »

« De tout un chacun des personnels »: qu’est-ce à dire? Qu’on s’en fiche de ce que pensent les élèves mais qu’on ne voudrait pas se coller la honte en salle des profs?

Ce qu’il y a de bien dans le syndicalisme (enfin, de notre point de vue), c’est qu’il y a des collègues à la base. Cela permet dans la chute d’en revenir un peu plus aux fondamentaux:

« Plusieurs collègues nous ont déjà signalé avoir lu des appréciations les concernant et n’avoir pas pu obtenir qu’elles soient supprimées, et constaté que la facilité avec laquelle il était possible d’écrire n’importe quoi sur n’importe qui mettait largement en doute le sérieux de la démarche.

La FSU manifeste sa très forte désapprobation » (ah quand même…) « devant ce qui, peu ou prou, ressemble à un lynchage public des personnels des établissements d’enseignement et demande à son service juridique de vérifier si la loi permet de telles dérives. Elle s’adresse au ministre de l’éducation nationale pour qu’il examine de plus près ce site et les mesures à prendre pour protéger les personnels. »

Si Monsieur Darcos examine de plus près ce site, alors c’est sûr, il n’y aura plus de problème!

Le site en question, http://www.note2be.com, où on peut juger son prof dès la maternelle, a été créé par l’ancien assistant parlementaire de Phlilippe Séguin. Ce genre de collusion entre la droite et des offensives médiatiques inédites envers les enseignants n’est pas sans rappeler le vomi que déverse SOS-Education sur les enseignants (cf. Le grand audit a commencé, Ensemble 2006). Darcos n’a jamais rien fait contre les attaques et calomnies de SOS-Education, pourquoi prendrait-il des mesures « pour protéger les personnels » avec ce nouveau site?

S.J.

Mise à jour:

Nous apprenons que le SNES a déposé une assignation au TGI de Paris: voilà qui est mieux.  L’assignation sera examinée en audience de référé le 25 février, nous en reparlerons donc bientôt.

Publicités

3 Réponses to “Noter son prof… et l’art des communiqués”

  1. lucien said

    Dépêches de l’Education (AFP) du Lundi 11 février 2008

    Site de notation des profs: deux plaintes instruites par la Cnil

    La Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a annoncé lundi à l’AFP qu’elle instruisait deux plaintes, l’une déposée par un syndicat et l’autre par un enseignant, contre le site internet « note2be.com » d’évaluation des professeurs par les élèves.

    Ce site internet lancé fin janvier, avec pour slogan « Prends le pouvoir, note ton prof! », affirme vouloir suivre la recommandation du rapport Attali d’évaluation des enseignants par les élèves.

    Ce site assure dans sa page de présentation que « les critères de notation sont strictement liés à la pédagogie », sans « aucun jugement de valeur sur les professeurs ».

    Mercredi, trois syndicats, la FSU, majoritaire dans l’Education, le SE-Unsa, et le Snalc-Csen, classé à droite, avaient très vivement protesté contre ce site.

    Le Snalc-Csen avait annoncé avoir saisi la Cnil, pour vérifier les références du site, « si les fichiers qu’il contenait étaient déclarés », ainsi que « la durée de conservation des données », et apprécier si un site ne s’appuyant pas sur une loi avait « une légitimité ».

    Interrogée, la Cnil a affirmé lundi avoir enregistré deux plaintes, celle du Snalc-Csen, et une autre émanant d’un enseignant particulier. « Ces deux plaintes sont en phase d’instruction », a-t-elle indiqué.

    De son côté, Stéphane Cola, l’un des fondateurs du site, a affirmé à l’AFP avoir « fait les choses dans les règles et le respect de la légalité ». « Nous attendons sereinement ce que la Cnil va dire – c’est son métier de vérifier la régularité des fichiers – et nous y répondrons si besoin est. Je n’ai aucune inquiétude », a-t-il ajouté.

    Dans un communiqué lundi, la FCPE, principale fédération de parents d’élèves du public, s’est dite « choquée par les sites qui permettent aux élèves de noter » leurs professeurs.

    « Loin d’améliorer les relations élèves/professeurs comme l’affirment ses créateurs, ce site est l’anti-thèse de l’éducation et de la citoyenneté puisqu’il est fondé sur la délation, le dénigrement et l’irrespect », a estimé la fédération.

    « Ce n’est pas aux élèves, ni aux parents, d’évaluer les enseignants mais bien l’affaire de l’éducation nationale », a-t-elle poursuivi.

    « Ce site les incite à des dérapages alors que les jeunes ne sont pas suffisamment informés sur ce que l’on peut écrire dans le respect des droits des uns et des autres », a-t-elle ajouté.

  2. lucien said

    Communiqué de presse du SNCA:

    N’importe quoi jusqu’à l’indécence !
    Des prédateurs ont lancé un site qui vise tous les écoliers, collégiens et lycéens (et même les étudiants) de l’Ecole de la République. Avec l’aval de la CNIL (qui ne dit mot consent) qui, de commission de surveillance de la décence des informations, est devenue l’officine d’enregistrement de la permissivité la plus éhontée, ce site dispose de toutes les adresses des établissements de l’Ecole Publique*.
    Objectif avoué et scandaleux : inciter les élèves à noter de 1 à 20 leurs profs !
    L’Ecole de la République n’est pas une forme de préceptorat qui diffuserait auprès des élèves un savoir que sélectionneraient les familles et qu’évalueraient les enfants de ces mêmes familles. Elle est l’expression du choix des citoyens qui ont décidé qu’elle devait former par le savoir et l’éducation leurs enfants qui sont aussi, et même d’abord, les enfants de la République, ce qu’implique le mot « Fraternité » de sa devise**. Les futurs citoyens sont instruits en fonction des impératifs de la République, pas selon leurs caprices ou ceux de leurs familles.
    Que les temps que nous vivons, où, au nom d’un individualisme forcené et mutilant, se fomentent les pires confusions dont celle du mandat électif avec le vedettariat, conduisent à l’aberration de faire noter les profs par les élèves, ne devrait pas nous étonner : dans l’infamie il est toujours possible d’aller plus loin !
    La République, maltraitée comme jamais par ceux qui en ont la charge, est, une fois de plus, victime des « Cauchon »*** qui trahissent d’autant plus facilement que l’exemple vient de haut. Mais la démagogie qui nie la signification du rapport des élèves aux maîtres dans l’Ecole Laïque en prétendant y inverser les rôles**** est aussi le révélateur d’une propension à faire passer les jouissances matérielles qui s’obtiennent avec de l’argent avant celles de l’esprit et avant les exigences de la morale civique.
    Il y a gros à parier que derrière cette bonne blague qui consiste à faire carnaval à l’Ecole, et toute l’année, ou à instituer la semaine des quatre mercredis pendant 36 semaines
    par an, il y a la constitution d’un carnet d’adresses bien commode pour vendre autre chose que la puérile inversion des fonctions sociales.
    L’Ecole n’est pas une marchandise, dit-on. Certains sont manifestement persuadés du contraire, au point de la considérer comme un vaste marché une fois qu’ils l’auront avilie par leurs bouffonneries.
    Paris, le 11 février 2008

  3. lucien said

    ZDNet.fr – Vendredi 15 février, 17h59

    La pression monte contre le site « Note2be.com » ; créé fin janvier, il propose aux élèves de noter leurs enseignants, en les citant nommément, ainsi que le nom de l’établissement et la matière qu’ils enseignent. Le site fait l’objet d’une enquête officielle de la part de la Commission nationale de l’informatique et des libertés, qui dit avoir été saisie de 17 plaintes et de plus de 160 signalements.
    (publicité)

    La Cnil a « effectué en urgence un contrôle sur place, le mercredi 13 février », indique-t-elle dans un communiqué. Trois de ses collaborateurs se sont déplacés dans les locaux des responsables du site. Fait inhabituel, la commission prévient qu’elle rendra ses conclusions publiques le 6 mars 2008.

    Syndicats et parents d’élèves à l’unisson

    Parallèlement, les responsables de Note2be.com viennent d’être assignés en référé par le syndicat d’enseignant Snes-FSU. Les parents d’élèves, par la voie de la FCPE, protestent également : « Ce site est l’antithèse de l’éducation et de la citoyenneté, puisqu’il est fondé sur la délation, le dénigrement et l’irrespect », écrit la fédération dans un communiqué.

    Le ministre de l’Éducation, Xavier Darcos, a lui aussi condamné fermement Note2be.com, en rappelant que « l’évaluation des professeurs (…) est du ressort exclusif de l’Éducation nationale ». Il prévient qu’il « prendra les mesures qui s’imposent » lorsque la Cnil aura rendu son avis.

    En attendant, le site n’est plus accessible, submergé par de trop nombreuses connexions, selon ses responsables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :