Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Communiqué SNESUP-SNASUB-SUD Educ- Université Stendhal (Grenoble)

Posted by lucien sur 7 janvier 2008

Alors que, dans le cadre du mandat remis par le Conseil d’Administration à quatre de ses membres, la mission de médiation avec les étudiants grévistes occupant le hall sud conduisait à un règlement pacifique du conflit, le Président Chézaud, à contre-courant du processus en cours, a décidé de faire intervenir les forces de l’ordre, jeudi 20 décembre au petit matin, pour déloger les derniers occupants présents.

Cette décision nous inquiète à plus d’un titre :

  • elle bafoue le mandat d’élus du CA, qui ont loyalement rendu compte de leur action,
  • elle témoigne d’un mépris pour les instances démocratiques de l’université, ici le CA, dont les décisions sont de facto, tenues pour nulles et non avenues, ou déformées par le Président qui a en charge de les mettre en oeuvre,
  • elle installe une logique sécuritaire et policière comme seul mode de gestion des relations lors des conflits sociaux que peut connaître la communauté universitaire,
  • elle « criminalise » toute action collective, dans la continuité d’une politique globale dont on mesure les dangers dans différents secteurs de notre société (pour mémoire : des magistrats et des avocats molestés, des étudiants systématiquement arrêtés et fichés, des scolaires expulsés, des SDF jetés à l’eau, etc),
  • elle nourrit une stratégie de la tension, instillant dans les esprits la représentation du mouvement étudiant comme un « ennemi » dangereux qu’il faut combattre par la force (au point d’évacuer sans raison l’Université alors que des cours s’y déroulent le jeudi 20 décembre et d’en fermer les portes à 17h30 le vendredi 21),
  • elle installe la défiance dans les relations entre les étudiants et l’institution universitaire,
  • elle met fin aux usages des franchises universitaires.

Nous, organisations syndicales, avons à maintes reprises, depuis le début de ce conflit, marqué notre attachement à la négociation et notre refus de l’intervention de la police comme outil de résolution des conflits. La logique de médiation-négociation commençait à porter ses fruits. Donc, on peut s’interroger sur les raisons qui ont poussé le Président Chézaud à demander l’intervention de la police, décision parfaitement inutile et qui ne peut que prolonger les tensions qui commençaient à se calmer.

Quels qu’en soient les motifs, occultation de sa gestion catastrophique du conflit, affirmation d’une autorité qui, ces dernières semaines, a pâti de son absence remarquée, volonté de porter un coup d’arrêt au processus de discussion avec les étudiants, le recours à la police ne règle rien.

Les échéances qui se présentent : LRU aujourd’hui, plan Licence, diminution des postes aux concours, évolution des carrières dans l’enseignement supérieur, des salaires et des retraites demain, sont autant de remises en cause de nos statuts, de nos missions et plus largement des services publics et, sont pour les personnels, autant de raisons de se mobiliser.

Nous invitons les personnels à poursuivre le travail de réflexion collective que nous avons entrepris ces dernières semaines.

Nous invitons les personnels à débattre démocratiquement des suites à donner au mouvement dans la perspective, notamment, de la journée d’action du 24 janvier

NOUS VOUS DONNONS RENDEZ-VOUS POUR UNE RÉUNION D’INFORMATION
JEUDI 10 JANVIER DE 11 HEURES 30 À 13 HEURES 30 (le lieu sera précisé ultérieurement)

SNESUP-SNASUB-SUD EDUCATION- Université Stendhal

Voir aussi:

Publicités

Une Réponse to “Communiqué SNESUP-SNASUB-SUD Educ- Université Stendhal (Grenoble)”

  1. Brigitte said

    LES ENSEIGNANTS SE REGARDENT LE NOMBRIL. IL PRECHENT POUR LEUR STATUT DE CHERCHEUR MAIS NE S’OCCUPENT PAS SE RENDRE SOLIDAIRES AVEC LES ETUDIANTS POUR LA MASTEURISATION (IUFM). ETUDIANTS, LAISSEZ TOMBER LES ENSEIGNANTS ET AXEZ VOUS SUR VOS PROPRES REVENDICATIONS.
    CE SERA DIFFICILE, SARKOZY EST UN DISCTATEUR ET NE REVIENDRA PAS SUR SES DECISION A MOINS QUE LES MOUVEMENTS DIVERS PRENNENT UNE AMPLITUDE ENORME. IL SE MOQUE DES GREVES. IL SE CROIT INVINCIBLE ET EN TANT QUE DICTATEUR, IL SEMBLERAIT QU’IL LE SOIT.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :