Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

A la mode des protocoles pourris, le SNETAA ne vaut pas mieux que le SNUipp

Posted by lucien sur 19 décembre 2007

Dépêche AFP du 19-12-07:

Bac pro: Darcos et quatre syndicats signent un « protocole de discussion »

Le ministre de l’Education Xavier Darcos et quatre syndicats ont signé mardi un « protocole de discussion » portant notamment sur les modalités de mise en oeuvre de la réforme du bac professionnel en trois ans, ont-ils annoncé à l’AFP.

Les syndicats signataires sont le Snetaa-EIL (majoritaire dans l’enseignement professionnel), le Sgen-CFDT, le SE-Unsa et le Snalc-Csen.

Ce texte a été proposé par le ministre pour répondre à l’inquiétude des syndicats, qui dénonçaient notamment la manière « précipitée » avec laquelle le ministre comptait mettre en oeuvre cette réforme à la rentrée 2008, lui reprochant en outre de n’avoir procédé à « aucune concertation ».

Dans une note du 29 octobre aux recteurs, M. Darcos avait en effet annoncé l’accélération d’expérimentations menées depuis 2001 consistant à faire passer le bac pro en 3 ans (au lieu de 4): il avait demandé que 45.000 élèves soient accueillis dès la rentrée 2008 dans ce cursus, soit dix fois plus qu’actuellement et que la généralisation de ce cursus soit prête pour la rentrée 2009.

Plusieurs manifestations de lycéens, inquiets de cette réforme, ont eu lieu en novembre et décembre.

Le protocole signé mardi, dont une copie a été transmise à l’AFP, revient sur la mise en oeuvre en 2008, mais prévoit toujours une généralisation de ce cursus en 2009.

« L’année 2008 sera mise à profit pour préparer au mieux la réforme dans les académies« , stipule le texte, qui ajoute que « les expérimentations seront approfondies et évaluées« .

Plus largement, les parties signataires « conviennent d’un programme » portant entre autres, sur l' »organisation de la scolarité » au sein de ce cursus, « la place et les statuts des diplômes de niveau V (BEP, CAP) » ou encore les possibilités de passerelles entre diplômes de niveau IV (bac, ndlr) et de niveau V.

Dans le même temps, le ministre a présenté aux syndicats une nouvelle note à destination des recteurs dans laquelle il reconnaît qu’il est « indispensable d’approfondir la concertation, non seulement sur les perspectives 2009 mais aussi sur les modalités de la rentrée 2008, avec les partenaires sociaux« , entre autres.

« Le ministre a cédé« , s’est félicité le Snetaa-EIL dans un communiqué. « On est satisfaits que la discussion s’ouvre« , a déclaré Thierry Cadart (Sgen-CFDT) à l’AFP. « Toutes les conditions sont désormais réunies pour que s’engage enfin la concertation indispensable sur un dossier aussi complexe« , a estimé le SE-Unsa.

L’Unsen-CGT indiqué qu’elle ne signerait pas le protocole, faisant valoir que le ministre, « malgré un recul sur 2008« , « n’entend pas revenir » sur le principe de la généralisation du bac pro en 3 ans en 2009.

Dans un communiqué, le Snuep-FSU indique qu’il « arrêtera sa décision » jeudi.

~~~

Communiqué de l’UNSEN-CGT:

REFORME REPORTEE MAIS LA GENERALISATION des Bac Pro 3 ans SERA POUR 2009

l’UNSEN ne signera pas le protocole de discussion
L’enseignement professionnel Un débat détourné, des menaces lourdes

La généralisation des baccalauréats professionnels en 3 ans est au centre des transformations que veut imposer le ministre de l’Education. Xavier Darcos, malgré un recul sur 2008 à la suite de la mobilisation des personnels, n’entend pas revenir sur ce principe et veut réduire la discussion future aux seules modalités de sa mise en oeuvre. C’est ainsi que son cabinet déclarait à l’AEF (dépêche 88647 du 14 décembre 2007) : « Il est hors de question de suspendre quoi que ce soit », le calendrier est maintenu : « la généralisation du bac pro 3 ans sera effective à la rentrée 2009, il n’est pas question de ralentir le rythme des réformes. En revanche, nous discuterons avec les syndicats des modalités ».

PDF - 63.6 ko

Tract à diffuser

Dans ces conditions, l’UNSEN-CGT ne signera pas le protocole de discussion.

L’UNSEN-CGT est prête à discuter de l’ensemble des problématiques qui permettent de développer toutes les potentialités de cette voie spécifique qui est celle de l’enseignement professionnel, y compris de la mise en place d’un nombre limité de baccalauréats professionnels 3 ans. Mais la décision unilatérale du ministre conduira à déstabiliser d’avantage cette voie de formation. La généralisation des bacs pro 3 ans ne doit pas se discuter uniquement dans le cadre de la voie professionnelle car elle percute aussi la nature du baccalauréat technologique.

Nous sommes attachés à ce que le maximum de jeunes, et à terme la totalité de ceux ci accède au niveau IV de formation (niveau du baccalauréat). Le bac professionnel doit garder sa finalité d’insertion professionnelle. Il doit cependant permettre la poursuite d’étude dans l’enseignement supérieur notamment dans les Sections de Techniciens Supérieurs.

Cet objectif ne pourra être atteint en supprimant les sections de BEP qui permettent aux élèves d’acquérir les techniques de bases transversales, de dépasser pour beaucoup d’entre eux leurs difficultés scolaires, d’affirmer et de préciser en deux ans leur projet professionnel pour s’orienter vers un bac professionnel ou un bac technologique.

L’UNSEN-CGT estime que le nombre d’élèves qui obtiennent le baccalauréat professionnel est aujourd’hui insuffisant. La généralisation du baccalauréat professionnel en 3 ans aboutira, pour nombre d’entre eux, à des difficultés supplémentaires pour obtenir un diplôme de niveau IV et construire leur qualification professionnelle. C’est une des conclusions d’un rapport de l’Inspection Générale (rapport Prat) que le ministre refuse de prendre en compte.

La fuite des élèves entre le BEP et le Bac pro, qui est réelle aujourd’hui, est à rechercher dans :
- Les capacités d’accueil en bac pro. Il n’existe qu’une section de bac pro pour 2 sections de BEP.
- L’éloignement des lieux de formation, ce qui interpelle la qualité des transports, la qualité de l’accueil des élèves internes et le coût des frais de scolarité.
- Les difficultés sociales et financières des familles, la CGT revendique pour les jeunes lycéens une allocation d’étude.
- Les difficultés scolaires persistantes pour certains d’entre eux.

Le ministre souhaite développer durablement les CAP, alors que ces formations correspondent de moins en moins aux débouchés. De fait, les élèves engagés dans ces formations n’auront quasiment pas, contrairement aux élèves de BEP, la possibilité de poursuivre leurs études.

Cette réforme du baccalauréat professionnel n’est pas d’ordre pédagogique mais avant tout budgétaire. Comment ne pas penser à la suppression des 11 200 emplois d’enseignants cette année, et à l’annonce des 20 000 par an pendant les 4 ans qui restent de la mandature.

Des déclarations laissent penser qu’il ne s’agit là que de la première phase d’un vaste projet de restructuration qui concerne l’ensemble du second degré, y compris la voie générale. Elle conduirait à limiter l’offre de formation pour en limiter les coûts.

A mesure des annonces faites dans les académies, un mouvement revendicatif s’est amplifié dans les établissements. Il semble que dans l’état actuel des choses le ministre n’en ait pas pris la mesure, même s’il reporte à 2009 la mise en oeuvre de sa réforme.

C’est pourquoi, l’UNSEN-CGT a appelé à une semaine d’action du 17 au 21 décembre et qu’elle propose une journée de grève nationale en janvier pour obtenir un autre cadre et d’autres objectifs de discussion.

Montreuil le 18 décembre 2007

~~~

Communiqué de presse – Xavier Darcos 18/12/2007:

Signature d’un protocole de discussion avec quatre syndicats pour la réforme du baccalauréat professionnel en trois ans

La rénovation de la voie professionnelle, engagée par Xavier Darcos, ministre de l’Éducation nationale, a pour objet d’élever le niveau de qualification des élèves de la voie professionnelle et de faire de cette dernière une filière d’excellence au même titre que la voie générale ou technologique.

La réforme du bac professionnel en trois ans constitue un élément central de cette rénovation.

Elle vise à porter un plus grand nombre d’élèves au niveau IV de formation (baccalauréat) et consacre l’égale dignité de la voie professionnelle par rapport à la voie générale et à la voie technologique. Elle permettra également de mieux répondre au besoin du monde économique.

C’est dans cette perspective que le ministre de l’Education nationale et quatre syndicats de l’enseignement professionnel : le SNETAA-EIL, le SGEN-C.F.D.T, le SEUNSA et le SNALC-CSEN viennent de signer un protocole de discussion portant sur les modalités de mise en oeuvre de la réforme du baccalauréat professionnel en trois ans.

Ce protocole inscrit la discussion dans la perspective d’une valorisation de la voie professionnelle. Il prévoit la mise en oeuvre de cette réforme pour la rentrée 2009 et précise également les modalités de la poursuite de l’expérimentation en 2008.

Ce protocole est naturellement ouvert à l’ensemble des organisations syndicales représentatives de l’enseignement professionnel.

 

 

Publicités

5 Réponses to “A la mode des protocoles pourris, le SNETAA ne vaut pas mieux que le SNUipp”

  1. plp said

    Voir http://pointsdevuesnetaa.blogspot.com/2007/12/demi-tour-sur-les-bac-pro-3-ans.html

  2. lucien said

    Communiqué SUD éducation, 21-12-07:
    Protocoles de discussion : et de deux !

    Décidément, c’est une des méthodes de comm’ privilégiées du ministre de l’Education Nationale, Xavier Darcos. Après le protocole de discussion sur le 1er degré signé avec le SNUIPP et le SGEN le 8 novembre 07, cette fois c’est le tour du SNETAA, du SGEN, du SE-UNSA et du SNALC de signer le 18 décembre 07 un document préparant la casse de l’enseignement professionnel public.

    Drôle de conception de la discussion ! Rappelons que la refonte des filières de l’enseignement professionnel a été lancée sans la moindre concertation ni évaluation du dispositif expérimental critiqué par des rapports de l’Inspection Générale*. Après sa note aux recteurs du 29 octobre 07 et suite à la mobilisation des personnels, Xavier Darcos avait parlé de « ralentir les curseurs » et de mettre la « pédale douce ». En réalité, le remplacement des sections de BEP par des Bac Pros 3 ans va se faire à marche forcée dès la rentrée 2008. Et cerise (empoisonnée !) sur le gâteau (indigeste !) : le préalable posé à la discussion avec les organisations syndicales est l’acceptation pure et simple du principe de la réforme. Le ministre est donc prêt à discuter… à condition que tout le monde soit d’accord avec lui ! Vous avez dit simulacre ??

    Cette réforme qui n’a aucune justification pédagogique créera dans le second degré un système encore plus sélectif qu’il n’est actuellement : d’un côté les CAP d’insertion et les sections d’apprentissage aux services du patronat local, de l’autre les sections professionnelles amputées d’un an.

    Son véritable objectif est budgétaire : orientations massives vers l’apprentissage, moins de formation, moins de choix d’orientation, moins d’heures d’enseignement et donc moins d’enseignants et moins de fonctionnaires en général.

    La Fédération Sud Education exige un enseignement professionnel de qualité avec :

    · maintien des sections de BEP, · aide aux élèves en difficulté · équilibre entre enseignement général et enseignement professionnel, · sections sous statut scolaire avec rémunération des stages en entreprise.

    La Fédération Sud Education appelle à la poursuite et à l’amplification de la mobilisation dans les départements et académies (rassemblements, manifestations, information en direction des parents et des élèves, grèves…) et à la participation à la journée de grève et de manifestation le jeudi 24 janvier 08 contre une éducation à 2 vitesses et la casse du service public.

    *rapport n°2005-102 de septembre 2005
    http://www.sudeducation.org/article2304.html

  3. pabot said

    Depuis le 20 décembre,il y a du nouveau,et du vrai!, sur le blog mentionné.

    De temps en temps, il me souvient aussi à la lecture de certains de vos articles qu’il nous arrivait de partager quelques idées syndicales à coté de solides différents.

    la question des bacs PRO 3 ans serait sans douteun de ces points de renontre aujourd’hui.

    Bernard PABOT

  4. lucien said

    Le blog que Bernard nous indique semble avoir changé d’adresse:
    http://pointdevuepersonnelsurlesnetaa.blogspot.com/

  5. E.M. said

    Cet article et les commentaires qui suivent ne valent pas grand chose, car ils montrent que leurs auteurs n’ont pas tout compris à cette histoire… Oui, les arguments avancés sont largement périmés. Ils sont sans cesse répétés comme pour se persuader qu’ils sont toujours valables ! Nul ne peut prévoir si la Rénovation de l’enseignement pro se fera comme le SNETAA l’espère et aussi comme elle est décrite dans l’accord cadre, mais en tout cas, ce qui est certain, c’est que le SNETAA y participe pour ne pas laisser le champ libre à ceux qui veulent détruire l’enseignement pro ! Bernard Pabot a un passé et un passif qui ne peuvent laisser indifférent, mais il serait temps qu’il tourne enfin la page !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :