Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Un syndicaliste placé en garde à vue parce qu’il voulait manifester

Posted by lucien sur 15 décembre 2007

Article paru dans L’Union de Reims le 24-11-07, repris sur Contre-info, 15-12-07

Le 24 novembre dernier, Jean-Pierre Odant, responsable de l’Union Locale CGT de Château-Thierry, a été brutalement interpellé et jeté en cellule. Son crime ? Avoir voulu « simplement interpeller le représentant de l’Etat sur la suppression annoncée du conseil des prud’hommes, » en « lisant un texte de protestation. »

Le syndicaliste Jean-Pierre Odant voulait profiter de la venue du préfet à Château-Thierry pour manifester son mécontentement suite à la menace de suppression qui pèse sur le conseil de prud’hommes. Mal lui en a pris, il a été emmené manu militari au poste.

L’ENNEMI public numéro 1, hier à Château-Thierry c’était Jean-Pierre Odant, le responsable de l’union locale CGT. Sachant que le préfet de l’Aisne, Stéphane Fratacci, venait poser la première pierre du futur commissariat aux Vaucrises, il voulait être de la fête avec quelques colistiers. « Nous voulions simplement interpeller le représentant de l’Etat sur la suppression annoncée du conseil des prud’hommes. Je voulais lire un texte de protestation, c’est tout », explique le cégétiste à sa sortie du commissariat à 17 h 45, vendredi. Un texte court et respectueux (ndlr : nous l’avons lu) ne remettant nullement en cause la construction du nouveau commissariat. Alors que s’est-il passé sur les coups de 11 h 30 derrière le centre commercial des Vaucrises ?

« Comme un truand ! »

« On m’a déjà suivi en voiture jusqu’aux Vaucrises », raconte l’homme. Sur place, il rejoint une dizaine de cégétistes. En face, autant de policiers, en guise de comité d’accueil. « On était sur la pelouse, ils nous ont demandé de dégager de manière très discourtoise. Ils ont sans doute eu l’ordre de nous faire décamper, alors ils nous ont poussés. Pour moi, ils l’ont fait violemment. Je leur ai rétorqué que c’était des méthodes de facho ! ». Et là, Jean-Pierre Odant n’a pas compris ce qui se passait. Les policiers l’ont saisi, plaqué au sol, l’ont traîné sur quelques mètres. « Je me suis relevé et ils m’ont embarqué dans un véhicule de police », raconte -t-il. Direction le poste. Le cégétiste, par ailleurs conseiller principal d’éducation au lycée Jean-de-La-Fontaine, a alors été placé en garde à vue « comme si j’étais un truand de droit commun ! » s’offusque t-il.

« Ils m’ont mis dans une cellule de 2 m2 avec deux autres jeunes. Ça sentait la pisse, la cigarette, c’était sale ! ». À midi, pas de repas : « C’est ma femme qui m’a apporté un casse-croûte ! ». Le cégétiste (diabétique par ailleurs) a été conduit à l’hôpital (ndlr : procédure normale dans le cadre d’une GAV) et entendu. Il a été relâché en fin d’après-midi tout en étant poursuivi pour « outrage et rébellion ». « Il paraît que j’aurais traité les policiers de SS, mais je ne prononce jamais ce mot, vraiment je suis choqué par la tournure qu’ont prises les choses ».

« Pas au-dessus des lois ! »

Les colistiers de Jean-Pierre Odant et Didier Violet, secrétaire départemental de la CGT venu soutenir le secrétaire de l’UL, aussi : « Nous condamnons cette garde à vue, Jean-Pierre n’est pas un criminel. Nous n’avons jamais vu ça. Mais nous allons demander des explications sur ce dossier, on a encore le droit de s’exprimer, on est dans un pays démocratique ! ». Du côté de la police, le commandant Fay ne mâche pas ses mots : « Nous avions prévenu M. Odant le matin même. Son intervention me gênait beaucoup, dans la mesure où nous nous positionnons dans le quartier. Il peut bafouer les lois de la République mais pas à Château-Thierry tant que je serai là ». Le sous-préfet, Jean-François Colombet acquiesce : « On ne peut pas mettre en examen un ancien président de la République et laisser M. Odant au-dessus des lois ! ».

Publicités

4 Réponses to “Un syndicaliste placé en garde à vue parce qu’il voulait manifester”

  1. Paris, le 13 décembre 2007
    Cher(e)s camarades,

    Le 26 mai dernier, plus de 150 personnes se retrouvaient à Paris pour le 1er Forum du syndicalisme de classe et de masse, à l’appel de plusieurs syndicats et collectifs syndicaux. Une journée entière, elles ont discuté de la reconstruction du syndicalisme de classe et de masse, contre la collaboration de classe des directions syndicales. Un forum riche, positif, qui a débouché sur un bulletin commun, des interventions ciblées contre la mise en cause du droit de grève et dans les grèves de l’automne.

    Depuis, nous venons de vivre les grands mouvements d’octobre et de novembre, contre les premières attaques frontales du gouvernement Sarkozy. Contre la mise en cause du droit de grève, contre les franchises médicales, contre la remise en cause des régimes spéciaux, contre la loi Pécresse dans les universités.

    La forte mobilisation gréviste n’a pas pu empêcher la mise en place des mesures Sarkozy, en particulier contre les régimes spéciaux. Mais cette défaite (temporaire) s’explique avant tout par la collaboration des principales directions syndicales, non seulement de la CFDT mais aussi de la CGT.

    Elles ont préféré la négociation sur les bases gouvernementales (négociation de la destruction des acquis sociaux) à la lutte déterminée, l’isolement entreprise par entreprise, AG par AG, à la convergence des luttes, le particularisme à la jonction avec les fonctionnaires et les étudiants.

    Finalement, elles ont appelé à la reprise du travail à la première occasion, alors qu’en parallèle Sarkozy/Fillon/Bertrand claironnaient que le fond des réformes n’était pas négociable.

    Nous sommes de plus en plus nombreux à comprendre la trahison des directions confédérales. Nous sommes de plus en plus nombreux à protester, à dénoncer, à ruer dans les brancards.

    Et pourtant, nous restons encore isolés, éparpillés dans nos régions et nos structures, alors qu’il faut construire un front d’opposition solide à la vague de collaboration de classe.

    Alors que l’offensive générale de Sarkozy ne fait que commencer, il y a urgence à nous rassembler, nous organiser. Urgence à nous mettre au clair sur les projets des directions confédérales, urgence à définir nos revendications, urgence à renouer avec les méthodes de lutte gagnantes du syndicalisme de classe.

    Nous appelons à amplifier les efforts en vue de regrouper les militants de lutte de classe dans les différents syndicats, pour combattre ensemble la ligne de la collaboration de classe et de la trahison des luttes, pour reconstruire le syndicalisme de classe. Nous appelons à la multiplication des rencontres entre militants de lutte de classe et nous vous invitons au :
    DEUXIÈME FORUM DU SYNDICALISME DE CLASSE ET DE MASSE
    SAMEDI 12 JANVIER 2008, de 9 h 30 à 18 h

    Paris XIe, grande salle du CICP, 21 ter rue Voltaire (M° Nation ou Rue-des-Boulets)

    En espérant votre participation, recevez, cher(e)s camarades, nos salutations syndicales militantes.
    • Blog « Où va la CGT ? »
    • Collectif Général des Travailleurs (CGT-E) Dalkia. Tél. : 01 74 61 19 51
    • Collectif Unitaire pour un Front Syndical de Lutte de Classe (CUFSC). Tél. : 02 37 36 44 61
    • Comité pour un Courant Intersyndical Lutte de Classe Anti-bureaucratique (CILCA). Tél. : 06 66 25 16 65
    • Continuer la CGT (CL-CGT).Tél. : 06 08 03 51 88
    • Fédération Syndicale Étudiante (FSE). Tél. : 06 60 35 48 85

    Informez un des collectifs organisateurs de votre participation !

  2. Tamara de Slovenie said

    Cheres etudiants!

    Premierement, je m`excuse pour mon francais – je suis une etudiate de francais, mais c`est mon premier anee, alors je ne parle tres bien.
    Qui nous-sommes: nous sommes une « organisation » (unformel et pas de government) nomme AVTONOMNA TRIBUNA de Slovenie (je ne sais pas si vous connaissez cette etat; c`est a cote d`italie et autriche et croatie et hungary:). Ca veut dire – une tribune autonome. Nous avons la meme situation avec les reforms scolaires, les retributions ect. Pour ces raisons nous avons fait des protestation et notre lutte n`ai pas fini.
    Nous pensons que serai bien de connecter avec vous, mais pour moi c`est un probleme de vous chercher, je ne sais pas qui vous etes, combien de organisations vous ont, C`est pourqui je ecris ici.
    Et aussi, je ariverrai (probablement) au Paris en janvier, et j`ai pense que nous pouvons nous voir, pour echanger d`idees, pour parler de problemes, et des maniers de lutte.

    chacun qui sait quellque chose – qui je peut conntacter, s`il vous plait, ecrit-moi: tamara.vostinic@kiss.si

    bises, Tamara

  3. Cmoa said

    Encore un peu et il allait me faire pleurer le cégétiste. Mais je penses que comme les membres de sa secte, il comprend assez mal le Français et qu’il n’a pas saisi ce que le policier lui disait gentiment : »Excusez moi camarade, auriez vous l’amabilité de bien vouloir céder le passage que vous encombrez bien inutilement, mais involontairement car vous perturbez la circulation. »

    Quant à toi, Petite Tamara de slovénie, éloigne toi vite de cette organisation anti démocratique et communiste avant que tu le regrette et qu’il ne soit trop tard.
    Un ami

  4. Tamara de Slovenie said

    Monsieur Un ami,

    merci pour cette histoire enseignante, mais je ne peut
    pas etre d`accord avec toi.

    Et un question interesant…comment il peuvent etre une
    organisation anti democratique, quand la democratie n`existe pas?!
    Bien c`est ici…c`est notre « system qui est en foction », mais qui
    fait tout pour eux-memes…je prend communisme avant que cette fraude. Mais je ne dis que le communisme est le meilleur.

    Merci pour ne m`apeller Petite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :