Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Grève nationale à l’ANPE contre le projet de fusion avec l’Unedic

Posted by lucien sur 26 novembre 2007

LEMONDE.FR avec AFP | 26.11.07

Les trois principaux syndicats de l’Agence nationale pour l’emploi (SNU, CGT, FO) ainsi que SUD ont appelé, lundi 26 novembre, à une journée de grève nationale, mardi 27 novembre, pour protester contre le projet défendu par le gouvernement d’une fusion avec l’Unedic (Union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce) et l’Assedic (Association pour l’emploi dans l’industrie et le commerce). Cette journée de mobilisation rejoint celle organisée par cinq syndicats de l’Assedic, qui manifesteront notamment pour conserver la fonction de collecte des cotisations, qui doit être transférée à l’Urssaf (Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales) d’ici à 2012. Outre les rassemblements dans les villes de province, un cortège défilera à Paris, entre la Bourse du travail et le ministère de l’emploi.

Pour les syndicats, qui dénoncent « une privatisation du service public de l’emploi », « contre les intérêts des chômeurs », l’objectif principal de cette grève est de « mettre fin au projet de réforme », explique Loïc Barboux (FO). Le projet de loi qui entérinera la création du nouvel organisme doit être prochainement examiné par le Conseil d’Etat et sera ensuite vraisemblablement voté avant les élections municipales.

Une des craintes principales formulées par les opposants à cette réforme est de voir le service public de l’emploi français se rapprocher des « Job Centers » britanniques, avec comme implication, redoutent-ils, moins de personnes pour suivre les demandeurs d’emploi. « Quand le président dit que pour être efficace, un service public doit radier à 8 % [de chômeurs] au lieu de 2 %, on voit très clairement ce qu’il veut comme service pour les demandeurs d’emploi, c’est-à-dire un aspect très coercitif », remarque, en outre, M. Barboux. La remise en cause du statut des quelque trente mille agents de l’ANPE est également au cœur des revendications syndicales.

Voir aussi:

Publicités

Une Réponse to “Grève nationale à l’ANPE contre le projet de fusion avec l’Unedic”

  1. rench said

    L’ANPE, l’Unedic et les Assedic en grève ce mardi
    NOUVELOBS.COM | 27.11.2007 | 07:30

    Les principaux syndicats de l’ANPE, opposés à la fusion avec l’Unedic et les Assedic, expliquent que le projet « organise une privatisation du service public de l’emploi ».

    (c) Reuters
    Les trois principaux syndicats de l’ANPE (Snu, CGT, FO) et Sud ont appelé lundi à une grève nationale mardi 27 novembre contre le projet de fusion avec l’Unedic et les Assedic (assurance chômage), où les cinq principaux syndicats appellent eux-aussi les salariés à cesser le travail.
    Dans un communiqué commun, les syndicats SNU, CGT, FO et Sud de l’ANPE opposés à la fusion expliquent que le projet, qui doit être débattu à partir de décembre au Parlement, « organise une privatisation du service public de l’emploi » qui va « contre les intérêts des chômeurs d’aujourd’hui et de demain ».
    Des rassemblements régionaux sont prévus mardi, notamment à Paris à partir de 14h00 à la Bourse du travail, « point de départ d’une action en direction du ministère de l’Emploi ».

    « Un aspect très coercitif »

    Aux Assedic, cinq syndicats (CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC, CGT) ont appelé le 20 novembre les salariés à la grève pour défendre leur convention collective et garder la collecte des cotisations, que le gouvernement veut transférer d’ici 2012 à l’Urssaf.
    « Notre première ambition est de mettre fin au projet de réforme. Si cela n’aboutit pas, il faut tout mettre en œuvre pour garantir l’avenir du personnel et ses missions », a précisé Loïc Barboux (FO ANPE), en marge d’un point de presse.
    Les syndicats opposés à la fusion craignent que la réforme n’entraîne une évolution comparable à celle des Job Centers en Grande-Bretagne, à savoir, selon eux, moins de personnes pour suivre les demandeurs d’emploi et des chiffres du chômage tronqués.
    « Quand le président de la République dit que pour être efficace, un service public doit radier à 8% (de pourcentage de radiations par rapport aux chômeurs indemnisés, ndlr), au lieu de 2%, on voit très clairement ce qu’il veut comme service pour les demandeurs d’emploi, c’est-à-dire un aspect très coercitif », a expliqué Loïc Barboux. « Les 52% de chômeurs non indemnisés ne gagnent rien du tout » dans ce projet, a-t-il jugé.

    « Négociations locales »

    Les syndicats réfractaires au projet dénoncent aussi une remise en cause du statut public des quelque 30.000 agents ANPE, modifiant l’exercice de certains droits, en cas de mutation ou en matière d’expression syndicale par exemple.
    De plus, ils reprochent au gouvernement d’avancer masqué, en produisant une « loi qui va rester forcément assez vague sur un certain nombre de sujets pour renvoyer à des négociations locales », selon Loïc Barboux.
    Le projet de loi « relatif à la réforme du service public de l’emploi » doit franchir l’étape du Conseil d’Etat ces jours-ci.
    Le gouvernement espère faire voter la fusion avant les municipales et nommer dans la foulée un directeur général qui sera chargé, d’ici au 31 décembre 2008, de mettre sur pied le nouvel organisme et de négocier avec les personnels.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :