Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Mobilisation des infirmières

Posted by lucien sur 13 juin 2007

Dépêche AFP, Mercredi 13 juin 2007

Nouvelle journée de mobilisation des infirmières jeudi

Plusieurs syndicats d’infirmières et d’étudiants appellent à une nouvelle journée de mobilisation jeudi pour réclamer la reconnaissance de leur formation à un niveau bac +3 ainsi que des revalorisations salariales.

A Paris, une manifestation est prévue jeudi en début d’après-midi entre le parvis de la gare Montparnasse et le ministère de la Santé.

Quelque 2.500 personnes, selon les organisateurs, 850 selon la police, avaient déjà manifesté, le 24 mai à Paris, à l’appel de sept syndicats (CI, Sniil, CNI, Sud Santé sociaux, Snics-FSU, Snies-Unsa éducation, CGT), deux associations (Unaibode, Atout cadre de santé), ainsi que le syndicat étudiant Unef. Plusieurs manifestations avaient également été organisées dans des villes de province.

Une délégation avait été reçue au ministère de la Santé qui avait annoncé l’ouverture d’une négociation.

« Nous prenons acte de cette ouverture mais restons vigilants », préviennent les syndicats et associations dans un communiqué commun.

Les infirmiers, qui sont environ 500.000 en France, dont les deux-tiers travaillent à l’hôpital, réclament la reconnaissance de leur formation initiale à un niveau licence

Actuellement, les étudiants infirmiers effectuent trois ans et quatre mois d’études, avant d’obtenir un diplôme seulement reconnu à niveau bac+2.

De cette reconnaissance, promise par Nicolas Sarkozy pendant la campagne électorale, devrait découler une revalorisation salariale, estiment les syndicats.

Publicités

Une Réponse to “Mobilisation des infirmières”

  1. FSE said

    La FSE est solidaire des revendications des élèves infirmiers et infirmiers (reconnaissance de leurs études à Bac+3 et l’intégration au cursus LMD, revalorisation des salaires, amélioration des conditions de travail et des conditions d’études) et appelle à la manifestation du 14 juin.

    Le processus de Bologne, qui s’est traduit en France par la réforme LMD, vise à détruire le cadre national des diplômes, à renforcer l’autonomie des établissements, et à substituer aux statuts et qualifications reconnus dans les conventions collectives, la notion de compétence individuelle.

    La pleine reconnaissance des études d’infirmiers, comme de celle des études de l’ensemble des étudiants, entre en contradiction avec la logique du LMD qui institue l’individualisation des cursus où chaque futur diplômé devra, sans aucune garantie collective, tenter de valoriser son portefeuille de compétences auprès de ses employeurs potentiels. C’est pourquoi nous nous prononçons pour l’abrogation du LMD.

    La FSE regrette fortement le sectarisme de certaines organisations d’infirmiers qui ont refusé la signature de la FSE sur le tract commun lors de la dernière intersyndicale lundi 4 juin. La FSE regrette également le refus d’organiser une Assemblée générale après la manifestation. A la place, l’intersyndicale a décidé de réunir une nouvelle intersyndicale, refusant toute auto-organisation des élèves infirmiers. C’est contraire aux principes fondamentaux de la FSE selon lesquels « le syndicat est un outil au service de la lutte et doit favoriser son auto-organisation » (charte de la FSE).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :