Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

BNF et France-Museums: grain de sable

Posted by lucien sur 25 avril 2007

La BnF et l’Agence internationale des musées de France

La Tribune de l’Art, 22/4/07 – Politique culturelle Paris, Bibliothèque nationale de France – Dans sa volonté de passer en force avant les élections présidentielles, le Ministre de la Culture a été victime d’un « grain de sable », pour reprendre le terme employé par les syndicats de la Bibliothèque nationale de France. Cet établissement, comme d’autres, a en effet été sommé d’entrer, pour 20.000 €, dans le capital de la société France-Museums, le nom de l’Agence internationale des musées de France, chargée de la mise en œuvre du Louvre-Abu Dhabi et de tous les projets comparables qui pourraient être menés à l’avenir. Jean-Noël Jeanneney, qui n’était peut-être pas très chaud pour cette opération, a comme on le sait été débarqué il y a quelques jours au profit de Bruno Racine. Celui-ci avait donc convoqué le 20 avril, de toute urgence, un Conseil d’Administration afin d’entériner cette décision. Il répondait à un courrier de Francine Mariani-Ducray, datant de début avril, imposant de manière impérative à douze présidents d’établissement1 de « convoquer un conseil d’administration exceptionnel […] d’ici le 19 avril prochain aux fins d’approuver leur participation au capital de la société ».

Pas de chance : la belle mécanique s’est enrayée car l’administration a négligé de faire venir ses partisans en nombre suffisant. Les représentants des syndicats (CFDT-CGT-FSU), après avoir fait une brève déclaration hostile à ce projet, sont immédiatement sortis, empêchant d’atteindre le quorum et repoussant d’autant la tenue de cette assemblée, ce qui peut contribuer à retarder le projet.
Dans un communiqué de presse publié aujourd’hui, les syndicats dénoncent : « la participation de la BnF à un projet contraignant un établissement public à payer un droit d’entrée dans une société commerciale dont la fonction première sera d’entrer dans une logique de marchandisation massive de la culture au bénéfice des plus riches au risque – sérieux – de fragilisation de pièces patrimoniales et de leur absence prolongée des collections nationales. »

Note:

1. Les établissements concernés sont, outre le Louvre : le Musée du Quai Branly, le Centre Pompidou, le Musée d’Orsay, Versailles, le Musée Guimet, le Musée Rodin, le domaine de Chambord, la RMN, l’Etablissement public de maîtrise d’ouvrage de travaux culturels et l’Ecole du Louvre

Maquette du Louvre du désert

Voir aussi:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :