Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Le procès de Florimond reporté

Posted by lucien sur 20 avril 2007

Le procès du militant RESF à Aix-en-Provence est renvoyé au 22 octobre

 

AIX-EN-PROVENCE (AFP) – Le procès d’un militant du Réseau Education Sans Frontières (RESF), Florimond Guimard, poursuivi devant le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence pour avoir protesté contre l’expulsion d’un sans-papiers, a été renvoyé vendredi au 22 octobre.

Le président du tribunal, Amédée Baudouin, a annoncé le renvoi du procès, faisant droit à une demande en ce sens de la défense des policiers et invoquant le nombre important d’autres affaires à examiner durant l’audience. Il a aussi souligné le « caractère politique revendiqué de l’infraction ». Selon les avocats de M. Guimard, il a évoqué des risques de récupération politique en raison de la proximité de l’élection présidentielle. L’avocate des deux policiers parties civiles, Me Béatrice Manoukian, avait auparavant demandé le renvoi en raison de la décision d’un troisième policier de se constituer partie civile. Les avocats de M. Guimard qui comptaient plaider la relaxe, s’y sont opposés, arguant que ce troisième policier avait eu le loisir de le faire avant l’audience fixée depuis le 19 décembre, et soulignant l’ampleur de la mobilisation suscitée par l’affaire. Neuf témoins cités par la défense s’étaient présentés, dont des responsables politiques, communistes et Verts, et syndicaux de la région et le porte-parole de RESF, Richard Moyon. Florimond Guimard qui a reçu de nombreux soutiens, est sorti du tribunal sous les applaudissements de 200 à 300 personnes scandant: « ce n’est qu’un début, continuons le combat » et « solidarité avec les sans papiers ». « Le 22 octobre la mobilisation sera encore plus grande », a-t-il déclaré à des journalistes. Il a expliqué avoir « du mal à comprendre » la décision du tribunal puisque la date de l’audience de vendredi était fixée depuis le 19 décembre: « La justice est officiellement indépendante que ce soit deux jours avant ou trois mois après » des élections, a-t-il ajouté. Deux mille personnes selon les organisateurs, mille selon la police, avaient manifesté dans la matinée à Aix-en-Provence pour réclamer la relaxe de ce professeur des écoles. M. Guimard, membre du SNUipp-FSU, a été mis en examen pour « violence sur agent de la force publique aggravée » après avoir participé le 11 novembre 2006 à l’aéroport de Marignane (Bouches-du-Rhône) à une action contre l’expulsion d’un parent algérien d’élèves sans-papiers.

communiqué  du RESF 13 du 20 avril 2007

Procès de la solidarité

22, v’là octobre !

La mobilisation de soutien à Florimond (professeur des écoles à Marseille) ne s’est pas démentie ce vendredi 20 avril. Environ 2000 manifestants (chiffre réel !), dans l’unité, ont défilé dans les rues d’Aix en Provence. Parmi eux G. Aschieri (FSU), A. Coupé (Solidaires), G. Moindrot (SNUipp), R. Moyon (RESF), des élus et responsables associatifs, syndicaux et politiques locaux…

La presse s’est largement fait l’écho de cette mobilisation citoyenne visant à dénoncer l’intimidation du mouvement de solidarité initié par le RESF autour des jeunes scolarisés sans papiers et leur famille, et contre la criminalisation de l’action militante.

Le président du tribunal a annoncé d’emblée le renvoi du procès au 22 octobre 2007 au motif que :

-  un troisième policier souhaitait in extremis se constituer partie civile, comme si durant 4 mois cela ne lui avait pas été possible…

-  que l’après midi était trop chargé d’autres affaires : pourquoi alors avoir retenu cette date chargée pour l’audience de Florimond ?

-  que tenir une audience sur des faits revendiqués comme « politiques » à deux jours des élections présidentielles pouvaient entrainer une « récupération »…

Neuf témoins cités par Florimond s’étaient pourtant présentés, parfois venus de loin (Paris).

La fébrilité des parties civiles demandant le renvoi du procès, révèle en réalité un dossier creux. Par ailleurs l’indépendance de la justice aurait-elle atteint ses limites à la veille d’une élection présidentielle ?

RDV le 22 octobre

Qu’à cela ne tienne, le RESF13 demande d’ores et déjà à l’ensemble des citoyens, à l’ensemble des organisations parties prenantes de la mobilisation autour du procès de Florimond ce jour, mais aussi aux forces politiques qui arriveront au pouvoir à l’issue des élections, à faire en sorte que les poursuites injustes contre ce professeur des écoles soient levées et que les sans papiers soient enfin régularisés.

A défaut, le RESF13 appellera de nouveau l’ensemble des personnes qui partout en France s’élèvent contre une politique liberticide, telle celle de N. Sarkozy, à manifester encore plus massivement qu’aujourd’hui leur soutien à Florimond le 22 octobre à Aix en Provence.

Le RESF reste très vigilant quant au sort des personnes poursuivies par la justice pour délit de solidarité et appelle notamment à se mobiliser fortement à l’occasion du procès de François Auguste, vice président de la région Rhône Alpes, le 7 mai au tribunal correctionnel de Lyon pour « entrave à la circulation d’un aéronef »… Ce qui signifie en clair que François s’est opposé à l’expulsion d’une famille sur le vol qu’il devait prendre.

Réseau Éducation Sans Frontières des Bouches du Rhône

Tel : 06 31 32 48 65

Courriel : resf13@no-log.org

Site National :

http://www.educationsansfrontieres.org/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :