Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Tromperie sur le syndicalisme : NON à la CSI !

Posted by lucien sur 8 avril 2007

Contribution à paraître dans le cahier supplément congrès SNUipp de Fenêtres sur cours :

 

Tromperie sur le syndicalisme : NON à la CSI !

 

N’ayant pas obtenu du Congrès de Marseille le feu vert pour rejoindre la Confédération Syndicale Internationale, la direction bicéphale de la FSU a recours au vote des adhérent-e-s. Chimère née de la fusion de la CISL (créée sous les auspices de la CIA) et de la CMT (créée avec la bienveillance du Vatican), la CSI se présente comme un organisme d’aménagement et d’accompagnement des politiques de la mondialisation capitaliste : la branche européenne de la CSI, la Confédération Européenne des Syndicats, a appelé à voter OUI au traité constitutionnel !

Son Programme énonce des évidences telles que la condamnation du travail des enfants, la lutte contre la pauvreté, le refus du racisme… mais il est muet quand il s’agit d’aborder les mobilisations et les perspectives alternatives pour atteindre ces objectifs.

Loin de remettre en cause la globalisation économique fondée sur la domination des capitalismes développés, ses Statuts l’orientent vers une politique d’aménagement à la marge de l’ordre international. Revendiquant un « dialogue social » avec le FMI et ses épigones, la CSI se dit à la recherche d’une « meilleure gouvernance » du système existant et se présente comme une conseillère des transnationales et des gouvernements : « le dialogue avec ces institutions doit être mené à bien ».

Côté fonctionnement, la direction, et elle seule, décide à loisir si les propositions et les amendements des organisations membres peuvent être débattus dans les instances. Autant dire que la prétention à changer de l’intérieur un tel organisme relève de la fanfaronnade !

 

Syndicalisme d’appareil à l’idéologie chrétienne-sociale à l’unisson de celle d’une Europe libérale ignorant le principe de laïcité, la FSI est une sorte de CFDT internationale. N’est-ce pas Chérèque qui représente le syndicalisme français dans l’exécutif de la CSI !

La FSU ferait fausse route en rejoignant cet organisme qui n’a de syndical que le nom. Ce n’est pas de ce syndicalisme dont nous avons besoin pour faire aboutir les luttes des salarié-e-s face aux multinationales.

 

Refusant le verdict du Congrès de Marseille, la direction de la FSU espère que la base sera plus malléable que les congressistes.

Que les adhérent-e-s lui montrent le contraire en votant « non » à cette proposition !

La FSU doit se ressaisir et explorer d’autres voies pour enfin construire un authentique syndicalisme international.

 

Stéphane Julien (Ensemble pour le SNUipp)

Jean-Michel Sahut (Emancipation)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :