Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Le tribunal de Bobigny condamne PSA pour atteinte au droit de grève

Posted by Administrateur sur 27 mars 2007

(LEMONDE.FR avec AFP | 26.03.07 | 19h29)

Le tribunal de Bobigny condamne PSA pour atteinte au droit de grève

Le tribunal de Bobigny a condamné, lundi 26 mars, la société PSA Peugeot-Citroën pour l’embauche illégale de cinquante intérimaires depuis le début de la grève à l’usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Le constructeur automobile devra s’acquitter d’une amende de 5 000 euros par infraction constatée.

Saisi en référé par quatre syndicats de l’usine (CGT, SUD, UNSA, CFDT) et le syndicat CGT de la société d’intérim Manpower, le tribunal ordonne à PSA de retirer ces salariés en contrat précaire des postes actuellement occupés. Dans sa décision, la magistrate Nina Touati écrit que PSA a contrevenu dans cinquante cas à l’article L 124-2-3 du code du travail et porté « atteinte à l’effectivité du droit de grève » dans l’usine.

La juge reproche à l’entreprise d’avoir « volontairement poursuivi sa politique de recrutement de personnels intérimaires » alors qu’une grève paralysait en partie l’entreprise « et que ces travailleurs précaires devaient en réalité être affectés au remplacement des salariés grévistes ». La justice interdit à l’usine automobile de procéder à de nouvelles embauches de personnels intérimaires (ou en contrat à durée déterminée) pour « tout motif autre que le remplacement de salariés non grévistes absents », jusqu’à l’issue du conflit démarré le 28 février.

« ET UN, ET DEUX, ET 300 EUROS ! »
Dans l’après-midi, 300 grévistes de l’usine d’Aulnay-sous-Bois ont défilé à proximité du ministère du travail pour demander l’intervention des pouvoirs publics dans le conflit. Ils se sont réjouis de la décision du tribunal de Bobigny. « C’est un des succès de la grève : mettre au grand jour les pratiques de la direction. Maintenant, on va faire en sorte que ça soit appliqué, et pour cela on va saisir l’inspection du travail », a déclaré Jean-Pierre Mercier, délégué CGT.

En moyenne 400 à 500 salariés font grève depuis près d’un mois. Ils réclament une hausse de salaire mensuelle de 300 euros. Samedi, plus d’un millier de personnes (grévistes ou non grévistes) ont défilé à Paris, entre Barbès et la place de la République, aux cris de : « et un, et deux, et 300 euros ! »

Lire aussi :

L’article publié dans Rouge n°2198 [http://www.lcr-rouge.org/article.php3?id_article=5562]

L’article publié dans Lutte ouvrière n°2016 [http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2016&id=22]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :