Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Le point sur Roland Veuillet

Posted by lucien sur 14 février 2007

Mise à jour 15-02-07 

Roland Veuillet, en grève de la faim, va quitter l’hôpital psychiatrique

[AFP,15-02-07]
Roland Veuillet, un conseiller d’éducation en grève de la faim depuis 54 jours pour protester contre une sanction, va quitter jeudi l’hôpital psychiatrique lyonnais dans lequel il a été hospitalisé d’office mercredi, a-t-on appris auprès de son comité de soutien.

L’avis transmis par le psychiatre à la préfecture jeudi midi, après 24h d’hospitalisation, indique que M. Veuillet est sain d’esprit et qu’il n’y a pas lieu de signer d’arrêté d’hospitalisation d’office, a indiqué Mickaël Goyot, enseignant et membre du comité de soutien.

M. Veuillet, qui ne s’est pas alimenté et n’a pas été perfusé, devrait quitter l’hôpital du Vinatier d’ici quelques heures, a-t-il ajouté, sans pouvoir préciser où le gréviste allait se rendre par la suite.

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) et un syndicat de psychiatres, l’Union syndicale de la psychiatrie, avaient dénoncé jeudi ce placement d’office, fustigeant l’utilisation de la psychiatrie à des fins répressives.

Roland Veuillet, 51 ans, a entamé le 24 décembre une grève de la faim devant le tribunal administratif de Lyon. Il réclame l’annulation de sa mutation en 2003 de Nîmes à Lyon sanctionnant, selon lui, sa participation à une grève.

M. Veuillet a été admis le 10 février dans un hôpital de la région lyonnaise dans un état jugé « inquiétant », mais a fait savoir que même hospitalisé il continuait sa grève, interdisant qu’on le perfuse ou le nourrisse de force.

Le ministère de l’Education a annoncé mardi avoir mandaté le médiateur de l’Education nationale pour « proposer rapidement des solutions ».

M. Veuillet a multiplié les actes de protestation depuis sa mutation, en effectuant notamment les trajets Nîmes-Lyon et Lyon-Paris en course à pied. En 2004, il avait déjà entrepris une grève de la faim de 38 jours à proximité du ministère de l’Education nationale.

Soutien à Roland Veuillet : rassemblement à Paris devant le ministère de l’Education

[AFP – 14.02] Une cinquantaine de militants syndicaux ainsi que Mgr Jacques Gaillot et le professeur Albert Jacquard ont manifesté mercredi après-midi à Paris, devant le ministère de l’Education, en soutien à Roland Veuillet, un conseiller d’éducation en grève de la faim depuis 53 jours à Lyon, et ont dénoncé son internement en hôpital psychiatrique.

Rassemblés sur le trottoir en face du 110 rue de Grenelle et devant un cordon de gendarmes protégeant l’entrée du ministère, les militants ont déployé une grande banderole blanche proclamant : « Roland Veuillet, 53 jours de grève de la faim. Robien assassin ?« , a constaté une journaliste de l’AFP.

« Roland Veuillet a toute sa tête, il est conscient et il n’a pas de problèmes psychiatriques« , a déclaré Michael Goyot, membre actif de son comité de soutien et militant de la CNT.

Roland Veuillet, 51 ans, observe une grève de la faim depuis 53 jours pour faire annuler sa mutation en 2003 de Nîmes à Lyon sanctionnant, selon lui, sa participation à une grève. Il a été hospitalisé d’office mercredi matin dans un hôpital psychiatrique lyonnais, a-t-on appris de sources syndicale et hospitalière.

Il a alerté des responsables du syndicat Sud sur sa situation, et ceux-ci vont déposer une requête afin de le faire libérer, a indiqué Laurence Pennequin, membre de Sud-Education.

« Nous sommes révoltés par ce qui se passe« , a déclaré Mgr Jacques Gaillot, ancien évêque d’Evreux, ajoutant : « Cela fait 53 jours qu’il est en grève de la faim, ce n’est pas un dossier, c’est un être humain !« .

Etait également présent à ce rassemblement Goulven Kerien, secrétaire départemental du Snes en Seine-Saint-Denis, qui a entamé une grève de la faim lundi en solidarité avec M. Veuillet.

A Marseille, un vingtaine de professeurs et d’instituteurs marseillais ont décidé de camper mercredi devant l’Inspection académique de Marseille en soutien à Roland Veuillet. Les professeurs, appartenant à plusieurs syndicats ou organisations (CGT, FSU, Sgen-CFDT, CNT) ont symboliquement dressé une tente pour démontrer leur détermination à « revenir tous les jours ». Depuis un mois, ils se rassemblent chaque mercredi devant l’Inspection académique.

Soutien à Roland Veuillet : rassemblement d’enseignants à Marseille

[AFP, 14-02]
Une vingtaine de professeurs et d’instituteurs marseillais ont décidé de camper mercredi devant l’Inspection académique de Marseille en soutien à Roland Veuillet, un conseiller d’éducation en grève de la faim depuis 53 jours à Lyon, a constaté un journaliste de l’AFP.

Roland Veuillet dont l’état était jugé « inquiétant » par les médecins, a été hospitalisé d’office mercredi dans un hôpital psychiatrique lyonnais.

« On s’est rassemblé pour soutenir un collègue dont la vie est en jeu« , a déclaré Hélène Ohresser, professeur d’histoire et géographie au lycée Diderot, et syndiquée à Sud-Education. « Je ne peux pas travailler pour un ministre qui est un assassin puisqu’il laisse mourir un de ses employés« , a ajouté l’enseignante.

Les professeurs, appartenant à plusieurs syndicats ou organisations (CGT, FSU, Sgen-CFDT, CNT) et qui affirmaient être environ 70 à la mi-journée, ont symboliquement dressé une tente pour démontrer leur détermination à « revenir tous les jours ». Depuis un mois, ils se rassemblent chaque mercredi devant l’Inspection académique.

Roland Veuillet, 51 ans, a entamé le 24 décembre une grève de la faim dans sa camionnette garée près du tribunal administratif de Lyon. Il réclame l’annulation de sa mutation en 2003 de Nîmes à Lyon sanctionnant, selon lui, sa participation à une grève. Le 10 février, il avait été admis dans un hôpital de la région lyonnaise.

Internement de Veuillet: la LDH dénonce « la psychiatrie à des fins répressives »

[AFP, 14-02]
La Ligue des droits de l’Homme (LDH) s’est insurgée mercredi contre le placement d’office en hôpital psychiatrique de Roland Veuillet, un conseiller d’éducation en grève de la faim depuis 53 jours pour protester contre sa mutation.

« Roland Veuillet interné : de l’utilisation de la psychiatrie à des fins répressives », s’inquiète la LDH dans un communiqué.

« Au moment où s’achève la discussion au Parlement d’un projet de loi qui va donner à tout maire le pouvoir de décider, sans certificat médical, de faire interner n’importe lequel de ses administrés, la décision du préfet illustre d’une part un nouveau durcissement de la réponse répressive au mouvement social, d’autre part une régression de la liberté individuelle qui aurait été impensable il y a quelques années encore », selon le texte.

« La LDH considère que la responsabilité du gouvernement, et en particulier du ministre de l’Intérieur, est pleinement engagée par cette violation des libertés publiques et des principes de l’Etat de droit » et appelle les citoyens à en tenir compte « dans leurs choix à venir ».

Face à la levée de boucliers des professionnels de la psychiatrie et des syndicats, le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy a retiré mardi le volet santé mentale de son projet de loi délinquance. Les articles contestés permettaient au maire de prononcer plus facilement une hospitalisation d’office et prévoyaient la création d’un fichier national de patients ayant été hospitalisés d’office.

Roland Veuillet: le ministère mandate le médiateur de l’Education nationale
[AFP – 13.02]

Le ministère de l’Education a annoncé mardi avoir mandaté le médiateur de l’Education nationale pour « proposer rapidement des solutions permettant de mettre fin à la grève » de la faim menée depuis 49 jours par Roland Veuillet, un conseiller principal d’éducation (CPE), hospitalisé.
M. Veuillet, 51 ans, qui subira « des séquelles quasiment certaines« , selon son comité de soutien, conséquence de son jeûne entamé le 24 décembre, demande l’annulation de la sanction disciplinaire qui l’a frappé, « par discrimination syndicale » selon lui, à la suite des grèves de 2003.
Il réclame l’annulation de sa mutation en 2003 de Nîmes à Lyon qui sanctionnait selon lui la participation à une grève. En 2004, il avait déjà fait une grève de la faim de 38 jours à proximité du ministère de l’Education nationale.
Une intersyndicale FSU, Sud-Education, Unsen-CGT et Solidaires, menée par Gérard Aschieri et Annick Coupé, a été reçue mardi matin pendant une heure et demie au ministère, a constaté l’AFP. « Nous avons enfin pu avoir une discussion approfondie et nous avons senti une prise de conscience de la situation« , a estimé Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, au sortir de cette rencontre, à laquelle Gilles de Robien a assisté durant « une vingtaine de minutes ».
Dans un communiqué, le ministère de l’Education a annoncé confier « une mission » à Jean-Marie Jutant, inspecteur général et médiateur, pour « proposer des solutions » tout en « respectant les statuts de la fonction publique et les jugements rendus« . Il a également assuré qu’il « examinait » la « suggestion de l’intersyndicale » de saisir le « président de la commission de recours du conseil supérieur de la Fonction publique (CSFP) », qui avait demandé l’annulation de la sanction de M. Veuillet.
« Je ne suis pas sûr que Roland Veuillet acceptera la mission du médiateur puisque l’enquête qui avait été menée par son prédécesseur ne lui avait pas été favorable« , a commenté M. Aschieri, en rappelant que « le problème aujourd’hui, c’est qu’il y a urgence« .

Voir aussi:


Marseille, 14-02-07

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :