Syndicalisme de lutte

“La classe ouvrière sait qu’elle n’a à compter que sur elle-même“ (Monatte)

Un point de vue UA sur le congrès de Marseille

Posted by lucien sur 9 février 2007

Point de vue sur le CONGRES FSU de MARSEILLE

(29 janvier au 2 février)

 

Remarques générales

Durant les congrès, la tendance UA ne s’exprime quasiment jamais en tant que telle (les intervenants membres d’UA s’expriment au nom de leur section départementale ou au nom de leur syndicat national) alors que les « minoritaires » prennent la parole fréquemment au nom de leur tendance.
A Marseille, les débats ont été beaucoup plus tendus et les votes plus serrés que lors des congrès FSU précédents. On a assisté en particulier, sur certains points et lors de certains votes, au regroupement de militants de différentes tendances et hors tendances attachés au syndicalisme de lutte.
L’entente entre la direction UA et la tendance Ecole Emancipée qui codirige la FSU est plus manifeste
que jamais. Il est probable qu’EE obtienne un poste de secrétaire général adjoint de la FSU.

Débats du thème 2 (services publics)

Nous sommes intervenus sur la responsabilité du pacte de stabilité européen dans la casse des services publics, le blocage des salaires, l’asphyxie de l’emploi et de la croissance économique (obligation de limiter de déficit public de chaque Etat à 3%). L’amendement du 62 (Pas-de-Calais) dénonçait aussi l’Euro, qui interdit toute politique sociale nationale, et demandait un bilan syndical de la monnaie unique. Nous avons obtenu environ 1/5ème des voix des 700 participants.
La direction de la FSU a été très critiquée sur la pétition publiée dans la revue Pour, pétition à l’initiative de la CES (confédération européenne des syndicats) qui demande à la commission européenne une directive cadre sur les services publics. Une note en bas de page y précise que les services publics dans le vocabulaire européen s’appellent SIG ou SIEG. Or, nous avions démontré en 2005, lors du débat sur le Traité Constitutionnel Européen, que les SIEG menaçaient
nos services publics (obtenus pour l’essentiel en 1945 dans un contexte particulièrement favorable aux travailleurs) puisqu’ils pouvaient être assurés par une entreprise privée. La direction FSU prend aujourd’hui sur cette question des positions qui sont en recul par rapport à 2005. La seule réponse de la direction est que les mots ne sont pas importants et que l’essentiel était d’avoir un « outil » pour faire des choses ! La FSU veut en réalité, par cette démarche, intégrer « par avance » la CES et soutient pour cela, sans débat interne, des initiatives contradictoires avec nos
services publics et nos mandats. Cela illustre, « par avance », le danger pour notre syndicalisme de lutte d’entrer à la CES. Plus de 40% des voix se sont rassemblées contre cette pétition.
Le texte des rapporteurs soutenait de même la nécessité d’obtenir une directive cadre européenne sur les services publics, refusant d’entendre nos arguments sur le danger de cette directive européenne. Une directive européenne sur les SIG et SIEG constitueraient une régression pour nos services publics, ce qui n’est pas une surprise : le cadre européen n’est pas neutre, il a été conçu pour produire des politiques libérales ; la libéralisation du marché de l’énergie et du fret ferroviaire le montre bien.
Ces arguments ont convaincu plus du tiers des votants.

Débats du thème 4 (quel syndicalisme)

Dans le thème 4, nous avons développé une importante résistance contre la CES et la CSI (Confédération syndicale internationale créée il y a 3 mois par rapprochement des syndicats de la CMT, syndicalisme chrétien et de la CISL, syndicalisme créé par les Etats-Unis pendant la guerre froide). Sur la question de la CSI, beaucoup de sections départementales étaient plutôt pour un mandat d’étude que simplement contre la CSI qui est encore très mal connue.
La direction a reculé une première fois en supprimant la phrase initiale qui demandait une adhésion immédiate à la CES et à la CSI.
Face à nos arguments contre la CES, organe intégré aux instances de l’Union européenne qui vise à faire accepter les législations européennes et qui a fait campagne pour le Oui au traité constitutionnel européen, la direction a renoncé (la nouvelle formulation du texte prévoit un débat avec les adhérents qui seront consultés si une décision est prise). Manifestement, la question est renvoyée à plus tard et les partisans du Non à la constitution européenne ont remporté une victoire décisive. Notre amendement contre l’adhésion à la CES a été présenté par 5 sections départementales et 2 syndicats nationaux (28% des voix). La stratégie de la FSU consiste maintenant à associer la FSU aux actions de la CES (d’où la pétition sur les services publics).
En revanche, la direction de la FSU voulait à tout prix qu’on adhère immédiatement à la CSI, prétextant l’URGENCE.
Arguments avancés :
1. c’est maintenant que c’est plus facile (sans dire pourquoi).
2. Il faut y entrer parce que tout le monde y est.
3. C’est une garantie par rapport aux forums sociaux qui présentent des risques.
Notre amendement (présenté par les mêmes sections départementales et syndicats nationaux avec le soutien d’autres sections départementales) demandait simplement un mandat d’étude sur la CSI pour informer les syndiqués ; il a rassemblé 42% !
A la dernière minute, a été présenté un amendement pour l’adhésion immédiate à la CSI signé par le SNES (pratiquant le vote bloqué sur cette question), le SNESUP et 6 sections départementales.
Après vérification, le SNES n’avait aucun mandat pour défendre une telle position ; le seul argument était à nouveau l’urgence à adhérer. Le vote leur donne 56% (à la FSU tous les votes se font à 70%, donc ils sont battus et on a une minorité de blocage supérieure à 30%) !
Le SNES a demandé, puisque les 50% sont atteints, qu’on réécrive la phrase et qu’on l’intègre au texte ! Les huées de la salle ont permis de repousser cette tentative de passage en force.
Lors du vote général, le paragraphe sur la CES et la CSI n’obtient que 69, 72%, le texte des rapporteurs est donc battu de quelques voix. Gérard Aschiéri, secrétaire général de la FSU demande qu’on se donne du temps pour réécrire et revoter le lendemain. La phrase d’adhésion est alors remplacée par un débat, le vote des syndiqués puis un processus d’adhésion s’il y a lieu,mais tout cela doit être fait avant le mois de juin !
Nous avons demandé l’ajout d’un petit paragraphe pour garantir l’existence d’une publication pour que toutes les opinions puissent s’exprimer à égalité. Refus total de la direction, Gérard Aschiéri expliquant qu’il faut être raisonnable et qu’on ne peut pas dépenser les moyens de la fédération sans réfléchir !

Bilan

Un certain nombre de sections départementales ont fait renaître une opposition qui était quasi inexistante à la FSU depuis 6 ans au moins.
Même si les arguments en faveur de la participation à une Europe dont ont nous dit qu’elle sera un jour sociale trouve un large écho parmi les militants FSU, la direction de la FSU a été mise en difficulté sur l’Europe et la pétition de la CES. Elle a été contrainte de renoncer à l’adhésion à la CES (c’est quand même l’essentiel), et a dû recourir à des pratiques fort peu glorieuses pour accélérer l’adhésion à la CSI. Le syndicalisme de lutte sort incontestablement grandi de ce 5ème congrès de la FSU.
Mais les mois qui viennent vont être décisifs ; chaque syndicat national va devoir organiser le vote des syndiqués sur l’adhésion à la CSI. Cela rend nécessaire de développer les analyses et les arguments sur ce sujet ainsi que de développer les liens entre syndicalistes de lutte.
Karine Van Wynendaele, représentante de la section départementale Pas-de-Calais (62) au congrès de la FSU à Marseille. Lens, le 3 février 2007. (vanwynendaele@wanadoo.fr)

[Source: site Ensemble]

Karine Van Wynendaele

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :